MILLENAIRE ET SIECLE

Par: (pas credité)


On n'échappe pas à son destin : quand le passage du jour au lendemain alimente à ce point festins et conversations, il faut bien se demander comment on nomme l'événement : nous changeons de "millénaire" et de "siècle".

Alors, comment appelle-t-on tout ça ? On a beaucoup parlé des fêtes du "millénaire" : en effet, nous sommes passés dans le troisième. Et de façon vague et globale, on nous parle souvent du "millenium" : encore un emprunt ignare et un peu niais à l'anglais. En effet, c'est le mot anglais qui veut dire "millénaire" (période de mille ans), emprunté tel quel au latin.

Ce mot de "millenium" existe bien en français -même s'il est relativement peu courant...- avec un sens bien particulier, qu'il faut mettre en rapport avec la doctrine dite "millénariste", selon laquelle le Messie et les Saints régneront sur Terre pendant les mille ans qui précèdent le Jugement Dernier. Cette période de mille ans est appelée "millenium", et tout cela s'appuie sur un passage de l'Apocalypse de Jean :
Je vis descendre du ciel un ange qui avait la clef de l'abîme et une grande chaîne à la main. Il prit le dragon, l'antique serpent qui est le diable et Satan, et l'enchaîna pour mille ans...

Aucun rapport, on le voit avec notre Saint-Sylvestre, mais les termes qui désignent de très longues périodes parlent facilement à l'imagination.

Ainsi, le siècle a-t-il beaucoup d'autres connotations que la seule période de cent ans qu'il désigne au sens littéral.

"Siècle" a souvent le sens de "période", "âge", "génération" : "le mal du siècle", "Confession d'un enfant du siècle". Ou alors à titre expressif, on emploie le mot dans des expressions qui ne le sont pas moins : "la photo du siècle", "l'exploit du siècle", et même peut-être, "l'homme du siècle".
Mais l'expression "fin de siècle" par exemple, l'est beaucoup moins. On l'emploie un peu en ce moment évidemment, mais on l'a beaucoup employée il y a une centaine d'années pour désigner la fin du 19ème siècle, avec une idée de décadence, de raffinement un peu suranné.

Attention, si la "fin de siècle" évoque cet épuisement de la décadence, l'expression "dans le siècle" évoque quelque chose de beaucoup plus tonique : on l'utilise à propos de ceux qui n'ont pas hésité à se confronter à la vie politique, voire à l'histoire, notamment quand il s'agit d'écrivains ou d'artistes : "une vie dans le siècle", a-t-on pu dire de Malraux, journaliste, romancier, contrebandier, militant, aviateur et ministre.




Go à la page principale d'archives