BUG ET BOGUE

Par: (pas credité)


On sait que la plupart des ordinateurs ont été programmés pour que seuls les deux derniers chiffres d'un millésime changent lorsqu'on passe à une nouvelle année.

Or, le 1er janvier 2000, ce sont les quatre chiffres qui changent... Alors bug ? ou bogue ?

"Bug" est bien sûr un anglicisme. Ce mot anglais désigne un insecte qui a ordinairement mauvaise presse : une punaise.

Pour la petite histoire, on raconte qu'à l'aube de la révolution informatique, des chercheurs avaient eu des problèmes avec de petites bêtes qui se seraient introduites dans les circuits pour dévorer quelques bribes de microprocesseurs.
Vraie ou pas, cette histoire se croise avec une incertitude linguistique : "bug" en anglais familier désigne un virus ("the flu bug" : le virus de la grippe). Ça a certainement accrédité ce nouveau sens de "bug" : problème de fonctionnement informatique. Et le mot est passé dans le jargon informatique français.

Avec une ambiguïté : un "bug" informatique n'est justement pas un virus informatique : un "bug" est un défaut de conception, alors qu'un virus est un élément perturbant introduit délibérément pour gêner ou détruire un programme.

En français, "bug" senti comme un anglicisme à cause de son origine et de son orthographe est fréquemment (mais pas toujours) remplacé par "bogue", un mot bien français qui, à l'origine, désigne l'enveloppe d'une châtaigne.

Cette francisation se confirme au niveau des dérivés du mot : "déboguer", "débogage" n'ont plus rien d'anglais.


Go à la page principale d'archives