MENAGE

Par: (pas credité)


Saison du "ménage" de printemps ? Mais rien n’interdit d’en parler.
Le sens principal et concret du mot renvoie au soin matériel qui assure l’ordre et la propreté de la maison. Une signification encore très vivante, qu’on retrouve dans d’assez nombreuses expressions: "faire le ménage à fond", "femme de ménage"…

Quelques sens dérivés dérivent de ces emplois :
- "Faire le ménage", c’est-à-dire se débarrasser des vieilleries, mettre de l’ordre, mettre au rencard des salariés coûteux et peu productifs, éviter le gaspillage, supprimer les passe-droits… (dans un service, une entreprise, une institution).
- "Faire le ménage dans sa vie" (rompre avec les vieilles attaches pourries).
- "Faire des ménages" (langage récent des médias) : Pour un journaliste, animer un débat, un forum, une table-ronde, en monnayant la notoriété de son nom.

Revenons à notre sens propre ; on en comprend l’origine : le mot vient de mansio = maison, manoir…
Le mot a donné naissance à d’autres termes :
- La "ménagère" constitue l’ensemble des couverts (Cf liste de mariage)
- C’est aussi la femme d’intérieur qui fait son marché (Cf le panier de la "ménagère").
- Les "Arts Ménagers" ont eu leur heure de gloire, ainsi d’ailleurs que les "ménagistes" : modernité d’après-guerre, vieillie aujourd’hui, style Mon Oncle.

On voit déjà se dessiner une autre série de sens, avec souvent des échos péjoratifs :
- Etre "ménager" = être économe. Idée de médiocrité : on compte…
- "Ménager" sa monture, sa bourse = gérer avec prudence, sans excès, traiter avec "ménagement".

La frilosité petite bourgeoise montre le bout de son nez, et de ces vertus modestes va naître un vocabulaire qui frôle sordide et englobe ce qui est tout juste toléré, ou parfois condamné par la morale victorienne :
- "Se mettre en ménage" (l’idée de mariage disparaît peu à peu. L’expression devient synonyme d’être à la colle.
- "Ménage à trois".
- "La paix des ménages".

Mais on a aussi faire bon ou mauvais "ménage", locution plus neutre, et qui s’emploie justement dans les cas où il ne s’agit pas d’une liaison. C’est souvent ironique : on fait bon "ménage" avec son collègue de bureau, ou avec son voisin de compartiment dans le train.




Go à la page principale d'archives