FOUDROYAGE

Par: (pas credité)


Le "foudroyage" d’une barre de HLM consiste en sa destruction immédiate : on la fait s’"effondrer" sur elle-même, et l’opération dure à peine quelques secondes. Le mot de "foudroyage", pour technique qu’il soit (on le trouve dès 1873) suscite une image très expressive. C’est instantané, définitif, et ça développe une énergie extraordinaire.

C’est comme qui dirait fulgurant. Les deux mots sont d’ailleurs de même origine : "foudre" dérive du latin fulgur, l’éclair. La "foudre" est présente dans quelques autres expressions qui, souvent, jouent sur cette image d’extraordinaire instantané.

Le coup de "foudre" – amour au premier coup d’œil se remarque en français à partir du XVIIème siècle, pour désigner d’abord un événement qui déconcerte, puis un choc amoureux. Aujourd’hui, on emploie souvent l’expression de façon affaiblie pour signifier un engouement pour un objet que l’on désire subitement : un appartement, un meuble, un projet qu’on vous soumet… Mais le sens reste fort.

"Foudre", au pluriel, et de façon assez recherchée, renvoie à une idée de colère qui fait trembler.
"Il craint trop les 'foudres' paternelles pour abandonner ses études de notaire et partir avec cette écuyère". Cf aussi : "les foudres de l’éloquence".
Arrière-fond mythologique : les "foudres" de Jupiter qui brandissait cette arme redoutable.
Bizarrerie : un "foudre" de guerre, archaïsme ironique, et au masculin.




Go à la page principale d'archives