CLOCHE

Par: (pas credité)


Festival international de "cloches"… soit, mais une "cloche", tout à fait entre nous, qu’est-ce que c’est ?

Un mot, d’abord, étrange, en ce qu’il peut s’apparenter à deux familles différentes, celtique ou latine. La celtique, d’abord.
La "cloche" qui sonne, la principale, celle du Festival, descend en droite ligne du bas-latin clocca, qui lui même arrivait, par une ligne plus sinueuse, d’un mot irlandais, dont l’origine est peut-être une onomatopée (Klok, klek, klouk…)
La "cloche" est donc cet instrument de percussion, formée d’un genre de manteau métallique (souvent en cuivre), à bords en général relevés, qu’on frappe d’un battant qui vient la faire vibrer de l’intérieur ou de l’extérieur…

Sa forme a excité les imaginations linguistiques, soit pour désigner d’autres objets ressemblants ("cloche à fromage", "chapeau cloche"…), soit pour alimenter diverses images :
- "Se taper la cloche", c’est faire bombance, avec au départ l’idée de s’enivrer - le vin vous cogne sur la tête
- "Se faire sonner les cloches" (familier), c’est se faire réprimander. La "cloche" évoque bien sûr la tête. On se fait donc taper sur la tête –au figuré– avec en plus l’idée d’un vacarme assourdissant. On est étourdi de reproches, et le pluriel de "cloche", s’il brouille un peu la logique de l’image, sert d’intensif.
- "Un son de cloche" évoque aussi la version donnée d’une histoire. "L’autre son de cloche" étant la même histoire, vue par la partie adverse (une dispute racontée par l’un, puis par l’autre…). Cf le vieux proverbe "Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son".
- "Quelle cloche celui-là !" Expression familière pour dire quel idiot ! Et bien souvent la "cloche" est le naïf, celui qui se fait avoir. Pourquoi ? Peut-être parce que la "cloche" balance d’un côté, puis de l’autre, et que le mot a d’abord désigné un indécis…

Mais le sens péjoratif du verbe "clocher" est d’une tout autre origine. Ce "clocher"-là vient de cloppicare (Cf clopin-clopant) qui, en latin tardif, remplace claudicare avec le sens de boiter. "Il y a quelque chose qui cloche" = il y a quelque chose qui boite, qui va de travers.



Go à la page principale d'archives