OIGNONS

Par: (pas credité)


Occupez-vous de vos «oignons» ! Mêle-toi de tes «oignons» ! Deux phrases courantes et familières qui signifient qu’on enjoint à quelqu’un de rester dans son domaine, de ne pas s’occuper de trop près du nôtre, et de nous laisser tranquille. Au sens propre, pas de problème, on sait bien ce que c’est.

Mais attention, l’ «oignon» peut être deux choses : le légume qu’on mange, ou la partie renflée de la racine de certaines plantes : «oignons» de jacinthe ou de tulipe, qu’on appellera parfois rhizome, ou caïeux, ou même patte, pour l’anémone.
L’oignon est assez riche en usages figurés : être soigné aux petits «oignons», c’est par exemple être traité avec tous les égards possibles : la cuisine aux petits «oignons» passe pour mitonnée, lente et savoureuse.
Et en rang d’ «oignons» signifie côte à côte, avec souvent une idée d’uniformité et de discipline : on nous a alignés en rang d’ «oignons»… Bizarrement, l’expression avait, au XVIIème siècle un sens différent : se mettre en rang d’ «oignons», c’était se glisser sans se faire remarquer au milieu d’une assemblée où l’on n’avait pas sa place car elle était constituée de gens bien plus importants que vous.

L’origine de l’expression est souvent référée à une anecdote : lors des Etats-Généraux de 1576, à Blois, la responsabilité du protocole incombait à un certain baron d’Oignon, chargé de placer tout son monde en fonction des préséances en vigueur. De là, la tentation pour la roture de se glisser entre duc et marquis. Est- ce vrai ? Probablement pas, mais l’histoire de la langue est aussi faite de ces jolis à peu près.




Go à la page principale d'archives