PEOPLE

Par: (pas credité)


Anglicisme assez courant ces derniers temps –ces dernières années– notamment dans le vocabulaire des médias. « People » désigne les gens connus, en vue, et qui sont susceptibles de faire rêver : têtes couronnées, puissants, millionnaires, vedettes, etc. Tous ces personnages dont l’importance revient en force dans des magazines spécialisés plus ou moins racoleurs et bas de plafond qui, sans cesse, balancent du fasciné au graveleux.

Mais, bizarrement ce nom anglais ne s’utilise pas en français comme un nom, mais comme adjectif : un magazine « people », un article qui donne dans le « people », c’est-à-dire qui va privilégier les appartenances mondaines ou la vie privée de la personne à laquelle il est consacré. « People » peut donc servir de titre à une rubrique dans un journal, ce qu’on appelait jadis la chronique mondaine. Mais, on ne parlera pas « des people » pour parler des gens connus. Non plus qu’on ne dira de tel ou tel « c’est un people ».

L’anglicisme est prononcé à la franglaise, « pipeul », très loin donc de son orthographe, mais à l’aide de phonèmes clairement identifiables en français.
« People », mot à mot, peut se traduire par « les gens », mot qui, en français, a un sens plutôt neutre, mais volontiers assez ordinaires: les braves gens, les pauvres gens, les gens de peu… Et d’ailleurs, le jargon des médias a repris récemment ce mot pour désigner l’homme de la rue, en tout cas quelqu’un qui est dans son propre rôle : un magazine pour montrer « les vrais gens ».

Et, même en anglais, le sens ordinaire de ce mot « people » (il est vrai très courant, et susceptible de colorations sémantiques très diverses) ne le prédisposait nullement à ce vernis : « a man of people » = « un homme du peuple » ; « a people’s republic » = une république populaire.

Des synonymes de « people » (au sens petit doigt en l’air) ? On a eu d’autres anglicismes : la jet set, vieillotte ringarde aujourd’hui, mais repopularisée par un film récent. La jet set était censée passer son temps dans des avions, à une époque où ce mode de transport était beaucoup moins démocratisé qu’aujourd’hui – et jet plane, c’était l’avion à réaction.
Sans ça, on a toujours une salve de vocables qui se comprennent sur fond d’imagerie feuilletée : la société est faite de couches superposées, les fameuses couches sociales, et la couche supérieure est, par construction, la couche dominante : le gratin, la crème, le dessus du panier. Quant au Gotha, il fait référence à cette ville allemande où était édité un almanach des familles nobles.




Go à la page principale d'archives