MAILLOTS DE BAINS

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 27 JUIN 2001

Saison de bains de mer propice au maillot de bain. Le mot s’est spécialisé dans ce sens, si bien que, dans un contexte qui s’y prête, le sens du mot sera clair : « je ne peux pas me baigner : je n’ai pas de maillot ». Aussi bien pour les hommes que pour les femmes, même si pour les premiers, on dit parfois slip de bain (l’expression caleçon de bain a vieilli), et pour les secondes, on précise maillot une pièce, deux pièces, etc.

Le mot maillot, s’il est acquis qu’il désigne une pièce d’habillement, n’est donc pas clairement réservé à une partie du corps : il recouvre aussi bien le haut que le bas. Et le référent du mot (c’est-à-dire la réalité à laquelle il renvoie) a été très différent selon les époques.

Mais le point commun à toutes ses utilisations semble être que le maillot se porte à même la peau. Et cela depuis l’origine. L’origine ? C’est-à-dire les maillots dont on enveloppait les bébés. Un peu comme avec des langes, on les entourait, de façon assez serrée, de bandes de tissus. De là, l’expression « un enfant au maillot », proche d’un enfant à la mamelle, et le verbe emmaillotter.

Au XIXème siècle, le mot s’emploie dans le vocabulaire des costumes de théâtre : c’est un pantalon collant de danseur. Y aurait-il eu, comme le rapporte Talma (rapporté par Rey), un costumier nommé Maillot à l’Opéra ? Cela fait partie des légendes possibles sans être assurées.

Mais, le maillot ne va pas se borner à couvrir les jambes. Et au XXème siècle, il remonte grâce au sport : le maillot est le haut dont les sportifs se couvrent la poitrine. D’où certaines expressions plus ou moins figées : l’équipe au maillot tricolore, le maillot jaune, marquer au maillot, c’est-à-dire ne pas quitter d’une semelle.

Mais, le maillot a aussi été une pièce d’habillement populaire au XXème siècle : c’est le sous-vêtement masculin, ce qu’on met sous une chemise. On l’appelle maillot de corps ou maillot de peau – même si le nom et la chose sont aujourd’hui désuets. Pourtant la mode rétro tente de les remettre à la mode, comme vêtement d’été pour filles qu’on montre alors qu’auparavant, on le cachait. Et le Marcel, qui fut une marque, mais qui séduit justement parce qu’il évoque un prénom populaire vieilli et un peu kitsch, a peut-être quelques belles saisons devant lui.



Go à la page principale d'archives