EMERGENCE

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 8 AOUT 2001

« Musiques émergentes ». Encore un terme bizarre, non pas néologisme – le terme « émergence » n’a rien de nouveau – mais nouveau, à la mode, bien vu, et qui fait moderne et sérieux, pour désigner… quoi ? le néo trip hop ou le post smurf… les musiques populaires d’aujourd’hui encore peu connues du grand public, des catalogues de maisons de disques et des médias. Mais, ça évoque aussi des musiques en train de naître, surgissant dans telle ou telle circonstance, dont la gestation est encore en cours. En tout cas, des musiques qu’on voit apparaître, pas encore dans le vent, mais qui vont l’être peut-être…

Ce qui est bizarre aussi, c’est que ce même terme est utilisé, par exemple, à propos du français « émergent » : la langue des banlieues, la langue des jeunes, cet argot contemporain qu’on ne sait pas trop nommer, qu’on n’ose pas trop nommer de peur d’être incorrect, dédaigneux ou simplement réducteur. Ce mot d’ « émergent » désigne donc une pratique ou un phénomène spontanés, presque encore en gestation, mais qu’on considère d’un œil favorable, comme nouveau et intéressant. On pourra comparer cette image et son emploi avec une autre qui a connu un effet de mode comparable : celle du frémissement. Si l’adjectif paraît connaître une mode relativement récente, on peut se rappeler qu’il y a quelques années, un mouvement politique s’était intitulé MRG – Mouvement des radicaux de gauche. L’acronyme était donc considéré comme porteur.

L’adjectif est donc à la mode ; mais il est construit à partir d’un verbe dont le sens littéral est bien connu : « émerger » signifie d’abord apparaître au-dessus de la surface de l’eau, ou de n’importe quel milieu : le sous-marin émerge ; le rocher émerge à marée basse ; Madeleine Renaud émerge de son tas de sable. L’étymologie est éclairante : e- signifie hors de ; et « mergere » en latin signifie être dans l’eau (voire couler : fluctuat nec…). « Emerger » s’oppose donc naturellement à immerger : plonger entièrement dans l’eau (immerger le cuissot de chevreuil dans la marinade).

Les mots de cette famille ont d’autres emplois assez techniques : en physique, un rayon « émergent », (c’est-à-dire qui sort d’un milieu opaque après l’avoir traversé), en chronologie (l’année « émergente » est la première, celle à partir de laquelle on va compter les autres (l’an zéro de l’ère chrétienne par exemple). Mais très fréquemment, le mot est utilisé avec le sens d’apparaître, se faire voir, sortir de l’ombre : une silhouette émergeait du brouillard. Et le sens figuré n’est pas loin : « émerger », c’est se distinguer, sortir du lot ou du rang. Mais plus que pour des gens, c’est pour des idées ou des notions abstraites que le mot s’emploie : « deux idées fortes émergent de son discours » (= se dégagent).

Enfin, de façon familière mais assez répandue (c’est même mentionné par Le Robert), « émerger » signifie avoir son esprit qui se réveille : « le matin, il a du mal à émerger (sous-entendu des brumes du sommeil). A 9 heures, il émerge à peine ».



Go à la page principale d'archives