VAGUE

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 10 OCTOBRE 2001


L’actualité dramatique de ces derniers jours nous parle de vagues de frappes aériennes, de vagues de bombardements.… Le mot est bien sûr à comprendre au sens de groupes, de séries. Le nom a donc un sens collectif, pluriel, désigne en ensemble de choses ou de phénomènes, ou d’actions. Et le recours à ce mot implique la plupart du temps que ces vagues sont plusieurs, et sont successives : une première vague, une accalmie, une seconde vague etc…
Toutefois cette idée de pluriel n’est pas absolue : on peut très bien parler d’une vague d’attentats isolés.

Si le mot s’applique bien dans ce contexte guerrier, c’est bien sûr qu’il fait penser aux vagues d’assaut, une expression qui par exemple était usitée dans le contexte des guerres de tranchées. Pour s’emparer de l’objectif adverse quelques centaines d’hommes se précipitent, suivis des quelques autres centaines, quelques minutes plus tard. Le mot dans ce sens-là apparaît en 1916. Et l’image se comprend d’autant mieux qu’il s’agit de lignes d’attaque, qui se précipitent. On peut penser aussi au débarquement des Alliés sur les côtes normandes. Et là, le mot vague fait écho au contexte maritime. Puisqu’au sens propre, la vague est une masse d’eau qui se gonfle, monte et descend, et en particulier, vient se briser sur une plage.

Le mot s’apparente à une idée de mouvement, d’avancée. Attention : il n’a aucun rapport étymologique avec l’ancien verbe vaguer, qui donne divaguer, c’est-à-dire errer sans but, ou par extension, battre la campagne, dire et penser n’importe quoi, ni avec l’adjectif vague qui signifie flou, imprécis…

Le premier sens de cette vague qui nous intéresse est donc relié à l’eau de mer. Ce qui explique l’image vague de fond, plus souvent glosée en « lame de fond » d’ailleurs, qui désigne un mouvement irrépressible, d’une force incontrôlable. Ca correspond au sens figuré du mot marée d’ailleurs. Par exemple, aux élections, on peut parler de vague de fond socialiste ou libérale, pour désigner un mouvement de grande ampleur, et qui semble surgir des tréfonds de la nation votante.

La vague désigne aussi un phénomène qui s’étend, mais avec l’idée que c’est quelque chose qui submerge, qui recouvre, auquel on ne peut pas échapper. Ainsi est-ce souvent climatique : vague de froid, de chaleur.

Quant à la nouvelle vague, c’est un terme de critique artistique, et en particulier de critique cinématographique. Ca a désigné un groupe de cinéastes français qui vers le fin des années 50 a imposé un nouveau style de films. Godard, Truffaut, Malle, et même Bresson en étaient les représentants les plus marquants. Mais auparavant, on avait désigné par nouvelle vague la génération de ceux qui étaient nés entre les deux guerres, et qui donc étaient arrivés à leur âge adulte après la Libération




Go à la page principale d'archives