ROSE

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 9 NOVEMBRE 2001

« J’aime Toulouse en rose ». Opération de solidarité avec les Toulousains sinistrés à la suite de l’explosion de l’usine AZF, pour réunir des fonds et venir en aide aux victimes de la catastrophe.

Pourquoi Toulouse en rose ? Parce qu’elle est surnommée « la ville rose » : nombreuses briques, nombreux bâtiments roses ou rosés.
Mais, ce slogan est opérant parce que la couleur rose est bien souvent sentie comme positive, et que, surtout, l’expression « en rose » est positive.

L’expression se comprend d’abord par rapport à la phrase « voir la vie en rose », c’est-à-dire prendre les choses du bon côté, être optimiste… « Voir la vie en rose », c’est un peu le contraire d’être dépressif… L’expression a, d’ailleurs, été fortement revitalisée par la chanson célèbre, chantée par Edith Piaf qui s’intitule « La vie en rose », belle chanson d’amour, qui dit, entre autres, « Quand il me prend dans ses bras, qu’il me parle tout bas, je vois la vie en rose… » Et voir tout en rose se dit couramment pour dire qu’on est dans de bonnes dispositions, plein de confiance dans l’avenir.

Mais, cet adjectif de couleur s’emploie également tel quel dans le sens d’agréable, plein de douceur, qui vous sourit. Et notamment lorsqu’on l’emploie à la négative, pour évoquer une situation ou une période qui justement sont difficiles. « L’époque n’était pas rose ». Et plus souvent encore pour faire allusion à des difficultés ponctuelles, mais multiples, de toutes sortes. « Ça n’a pas été rose tous les jours, mais l’époque était passionnante ». Pas rose, dans cet emploi, signifie pas facile. « La banlieue, c’est pas rose, la banlieue c’est morose », comme dit la chanson. Et on voit que le rose s’oppose à la grisaille, au gris. On dit aussi « donner des couleurs à la vie… » pour dire lui donner de l’éclat, du prix, la faire échapper à la routine, à l’ennui… Et ces couleurs, elles se résument essentiellement au rose, qui évoque l’alternative au noir et blanc.

Ceci dit, le rose a bien d’autres significations. La couleur est traditionnellement celle du Parti socialiste, en référence pâlie au rouge du Parti Communiste. On faisait d’ailleurs quelques blagues, non sur le PS mais plutôt sur les radicaux, comparés à des radis (Radis – caux…) : roses à l’extérieur, blancs à l’intérieur, et toujours près de l’assiette au beurre.

Le rose a enfin une connotation sexuelle, évoquant souvent l’homosexualité masculine (le rose est censé être une couleur de fille), cf « le triangle rose », qui les désignait dans les camps de concentration nazis. Mais parfois aussi hétérosexuelle, pour signifier quelque chose d’un peu leste. « Un film rose » n’est pas un film pornographique, mais un film vaguement érotique, qui fait dans l’allusion et la dentelle.



Go à la page principale d'archives