BABEL

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 8 JANVIER 2002

Un vent mauvais souffle sur Babelsberg, studio de cinéma allemand, situé près de Berlin, et racheté par la société Vivendi. Il paraît qu’on va licencier… En tout cas, le nom de ces studios fait rêver : Babelsberg. Le Mont Babel ? Ce n’est pas exactement la tour de Babel, mais ça y fait penser. Et Babel, pour l’histoire des langues, c’est un mot-clé… A cause de la tour de Babel…

Encore une malédiction dont l’Eternel, dans l’Ancien Testament a frappé les humains. L’étonnant est que ces malédictions fondent l’humanité. Après l’exil hors du Paradis Terrestre (enfanter dans la douleur et gagner son pain à la sueur de son front), voici la dispersion du genre humain sur toute la surface de la terre et la multiplication des langues qui fait que les peuples ne s’entendront plus, ne se comprendront plus, et par voie de conséquence, se feront la guerre…

Pourquoi ? Parce qu’ils ont construit la Tour de Babel, grande tour qui prétend aller jusqu’au ciel, donc faire concurrence à la puissance divine.
Cet épisode légendaire se place, dans la Bible, juste après le Déluge, et mérite quelques explications.
Ce temple-tour était probablement apparenté aux ziggourats, temples à étages, sortes de pyramides babyloniennes qu’on trouvait en Mésopotamie.
Et le nom de Babel signifierait peut-être bab-ili – la porte de Dieu… ce qui, en effet, accrédite l’image d’une tour reliant l’homme au ciel. On a voulu y voir également un lien avec la racine ballal qui, en hébreu, signifie brouiller, confondre. Puisque les langues ont été confondues… Mais, rien n’est moins sûr.

Ce qui semble attesté, certain, c’est que Babel et Babylone sont deux formes du même nom, et désignent la même ville – même si la légende n’a pas toujours placé cette ville au même endroit. Et Babylone, dans la Bible, n’a pas une bonne image. Capitale des Mésopotamiens, elle représente l’ennemi, le païen : elle symbolise non seulement la vanité de l’homme, mais la grande ville en ce qu’elle représente le vice, et la corruption : la Grande Babylone, c’est la Grande Prostituée. Ce fut Rome, et plus récemment, New York.



Go à la page principale d'archives