MONNAIE

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 11 JANVIER þ2002þ

On n’y échappe pas : il faut bien en parler… L’euro remplit nos têtes, même quand il ne remplit pas nos poches, et le sujet de conversation le plus courant est certainement la monnaie unique. La quoi ? La monnaie, oui !

Alors qu’est-ce que c’est que ça, la monnaie ? Dans la phrase qu’on vient de citer, c’est l’unité monétaire. On dit l’Euro comme on dit la livre sterling, le dollar ou le franc suisse.
La monnaie n’est donc pas l’argent : les deux mots ne sont pas synonymes et la « monnaie » en français ne correspond nullement au mot anglais « money ».
Mais outre l’unité monétaire, le mot monnaie a bien d’autres sens.
Il représente la réalité concrète de l’argent : les pièces de monnaie, par exemple. Avec l’apparition des billets de banque, on s’est mis à parler de papier-monnaie… mais l’expression est quand même assez rare. Et le mot monnaie évoque beaucoup plus les espèces sonnantes et trébuchantes, les pièces qui tintent et qui trouent les poches.

La monnaie, bien souvent, représente peu d’argent : on parle de la petite monnaie ; on rend la monnaie, sur une pièce ou un billet (cf. l’expression figurée : je vais lui rendre la monnaie de sa pièce, phrase familière et en même temps cliché presque littéraire : on le trouve davantage dans les bulles des bandes dessinées que dans la véritable langue parlée – et ça signifie : je vais me venger ; il ne perd rien pour attendre ; il va voir ce qu’il va voir).

Un mot pour finir de l’étymologie. Monnaie vient du mot latin « Moneta », surnom de Junon, épouse de Zeus et mère des Muses, qu’on appelait Moneta, celle dont on se souvient. Comme c’était dans un temple qu’on frappait la monnaie romaine, le nom de la dédicataire du temple a glissé vers ce qu’on y fabriquait. Et la monnaie, on s’en souvient.



Go à la page principale d'archives