SECESSION, SCISSION, SCHISME

Par: (pas credité)


PARLER AU QUOTIDIEN DU 19 FEVRIER 2002

Le pianiste Bill Carrothers a joué, il y a quelques jours, à Paris un répertoire tiré des Chants de la Guerre de Sécession. Et, ce mot de Sécession est bien souvent en français, référé à cette terrible guerre qui a déchiré les Etats-Unis entre 1861 et 1865, qui a opposé les Etats du Nord à ceux du Sud, les Nordistes et les Sudistes, les bleus et les gris, les Fédéraux, ceux qu’on appelle les Yankees et les Confédérés… on peut dire aussi les abolitionnistes et les esclavagistes, puisque la raison principale de ce conflit était l’esclavage : dans le Nord, on voulait l’abolir ; dans le Sud, on voulait le conserver…

Cela rend, a priori, les Nordistes plus sympathiques… mais n’exagérons pas, ils n’étaient pas animés que de bonnes intentions. D’abord, il y avait infiniment moins d’esclaves dans le Nord que dans le Sud. Donc, dans le Nord, on n’avait beaucoup moins intérêt à conserver un système d’esclaves. D’autre part, il y avait un vieil antagonisme entre les Etats du Nord et ceux du Sud, et beaucoup d’intérêts économiques en jeu…

En tout cas, c’est plutôt en France que l’on parle de la guerre de Sécession. En Amérique, le terme de Secession war existe … mais on dit bien plus communément Civil war, la guerre civile. Pourtant, au moment où se déclenche ce conflit, les Etats du Sud ont décidé de faire Sécession, de constituer un état indépendant des Etats-Unis d’Amérique. Onze états vont successivement rallier la rébellion et tenter de se constituer en nation indépendante, d’où cette guerre sanglante et moderne qui saigne le pays de 1861 à 1865.

Le sens du mot « sécession » est hérité de son origine latine : action de se séparer. Et pourtant, le mot avait eu un autre sens, en français : en ancien français, le mot signifie sédition, esprit de révolte….
Aujourd’hui, le mot s’emploie, dans un langage recherché, mais quand même assez usuel quand, par exemple, un courant d’un parti décide de se séparer de ce parti pour en former un qui soit différent, qui soit un parti, à part entière.
On parle donc de sécession, mais plus couramment de scission, lorsqu’un organisme, souvent un parti politique, une association, un regroupement d’intérêts éclate en deux parties, se fragmente. Et scission vient de scinder, un verbe qui signifie trancher, fendre, déchirer en parties. Ainsi, on dira que le Parti Communiste Français est né, en 1920, d’une scission avec les Socialistes qui s’est opérée au Congrès de Tours.

Il faut aussi mentionner le mot schisme, qui a à peu près le même sens que scission, mais qui s’est surtout employé dans un vocabulaire lié à l’histoire religieuse. En particulier, fin XIVème, début XVème, l’Eglise traverse une période troublée. Plusieurs Papes se disputent l’autorité du Saint Siège. Et le mot schisme, de façon bien vague, est employé suite à la peur des hérésies. Mais surtout, le mot désigne la séparation entre l’Eglise grecque et la romaine.
De façon générale, ce n’est pas le mot qui a été employé, en tout cas, pour désigner les religions liées à ce qu’on appelle de façon assez floue, le Protestantisme.



Go à la page principale d'archives