HEREDITAIRE ET CONGENITAL

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Voici deux mots souvent associés, de sens proches mais différents, et que, pour cette raison, on confond facilement.

Voyons d’abord les ressemblances : tous deux s’appliquent à quelque chose qui existe chez un être vivant (humain le plus souvent…) depuis sa naissance : maladie, malformation, il s’agit bien souvent d’un trait négatif, de quelque chose dont on se passerait bien…

Mais alors, quelle est la différence entre les deux mots ? C’est simple : ce qui est héréditaire est transmis par les parents, et apparaît dès la naissance.
Ce qui est congénital se forme pendant la grossesse de la mère, mais n’est pas transmis par les parents.

Hérédité est de la même famille que héritage. Autrefois, les deux mots étaient presque synonymes ; hérédité signifiait ensemble des biens qu’on laisse en mourant à une autre. Et plus généralement, encore maintenant, est héréditaire ce qui se transmet par voie de succession, et que l’on reçoit en héritage de ses parents. Le mot a pu avoir une acception juridique : on parlait de fonction héréditaire, de charge héréditaire. Jusqu’à la couronne de France qui l’était, en vertu de la loi salique : le fils aîné du roi devenait roi à la mort de son père…

L’autre sens, plus vivant aujourd’hui, est un sens biologique : est héréditaire tout ce qui se transmet par voie de reproduction des parents aux descendants. On parle ainsi de patrimoine héréditaire, en reprenant dans un contexte génétique, une image presque notariale…

Et à propos de patrimoine génétique, on parle aussi parfois de génotype. Le mot se construit sur le radical gène, qui vient du grec, et renvoie à une idée de naissance. C’est ce même radical qu’on retrouve, bien sûr, dans congénital, qui signifie au sens propre « qui vient avec la naissance ».



Go à la page principale d'archives