OCCASION

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Avec les vacances qui approchent pour certains, voici l’obligation parfois d’acheter une nouvelle voiture, d’en changer pour partir mieux armé. Mais attention : acheter une nouvelle voiture n’est pas nécessairement acheter une voiture neuve. La nouveauté de la voiture ne vaut que pour son propriétaire, et pour être nouvelle pour moi, elle peut être aussi bien ancienne pour un autre. Je peux donc m’acheter une voiture qui a déjà servi. Mais je ne dirai pas une voiture ancienne (sauf si elle date des années 30), je parlerai d’une voiture d’occasion.

« D’occasion » est donc une expression qui s’utilise comme un adjectif et qui veut dire « de seconde main » (au minimum). C’est de la revente.
L’expression s’emploie pour des biens relativement modestes, et individuels : lorsque le France a été racheté par la Norvège et rebaptisé Norway, on n’a pas parlé de paquebot d’occasion, sinon par satire ou mauvais esprit. De même quand le yacht de Bernard Tapie a été revendu.

Mais, ce mot d’ « occasion » est un bon exemple des imprévus de la vie linguistique : qu’est-ce qui prédisposait un mot pareil à finir par désigner une R5 avec 80.000 km au compteur ? Alors que le mot, au départ, signifie simplement ce qui arrive, ce qui advient, accidentellement, par hasard, en tout cas, sans que ce soit prévu, délibéré, arrangé.

L’occasion, c’est donc d’abord la situation qui se présente. « Je n’ai jamais joué au hockey de ma vie… Je n’en ai jamais eu l’occasion ». L’occasion ne s’est jamais présentée, pour reprendre la formule en usage. Mais, en effet, si l’occasion se présente, (puisque ça se présente, une occasion) je le ferai. Je la saisirai.
De même qu’on dit « à l’occasion » pour dire « le cas échéant »… « A l’occasion tu me rapporteras mon bouquin »…

Quant à l’adjectif « occasionnel », il ne s’emploie que pour signifier « qui ne se pratique pas à l’habitude, régulièrement ». On parle ainsi de conducteur occasionnel pour celui qui ne prend le volant que de temps en temps, ou de fumeur occasionnel, pour celui qui fume une pipe le dimanche, si l’envie lui en prend…


Go à la page principale d'archives