ENVIRONNEMENT

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Les préoccupations environnementales du Sommet de Johannesburg déboucheront-elles sur un résultat concret ? Ou est-ce que tout ça, c’est du néant dans du vide ? En tout cas ces préoccupations environnementales, on en parle à loisir. Avec un adjectif qui semble un peu compliqué, un peu cuistre, un peu jargonnant : environnemental. Il apparaît vers 1972, calque d’un adjectif similaire en anglais, au tout début d’une époque qui devait être marquée par un souci écologique. Et on parle même parfois d’environnementaliste.
Le souci de l’environnement, c’est le souci du milieu, du milieu qui nous entoure, qui nous environne donc.
L’idée apparaît au début du 20ème siècle, et féconde à la fois la géographie humaine et la zoologie, ce qu’on appellera l’éthologie, l’étude des animaux et de leurs comportements. On commence à s’intéresser de façon systématique aux relations entre un individu, un organisme vivant, et le milieu au sein duquel il évolue.
L’usage du mot va se répandre à partir des années 70, ,avec le développement des premiers mouvements écologiques qui font parler d’eux. Et la peur grandissante que le mode de vie des sociétés modernes ne soit préjudiciable de façon irréparable à l’environnement. L’homme devient trop dangereux. La nature ne reprend pas ses droits assez vite ; elle peut être endommagée pour de bon. L’environnement va donc désigner l’ensemble des éléments naturels qui nous entourent, et nous font vivre. L’eau, l’air, la terre dont on s’occupe enfin quand on se rencontre que leur pureté, leur intégrité, leur identité peut être menacée : les traitements qu’on leur fait subir ont pu les modifier et tout d’abord les polluer. Et les systèmes se dérèglent. Si l’on vaporise trop d’insecticides sur les récoltes, on tuera tels insectes qui eux-mêmes se nourrissaient de ceci, produisait cela. On voit qu’on en arrive tout de suite à une idée de chaîne, de système, d’écosystème qui peut être déséquilibré. Et c’est en cela que la pensée de l’environnement est importante : les éléments qui nous entourent ne sont pas indépendants les uns des autres.
L’environnement nous entoure, donc. C’est bien l’origine du mot, car environ est de la famille de virer, c’est-à-dire tourner. C’est donc ce qui vire autour de nous, ce qui tourne autour de nous, ce qui fait un cercle étroit autour de nous.
Mais le mot environ a bien d’autres sens : les environs ce sont les alentours : on parle des environs d’une ville, d’un lieu. Et le mot, très différemment, est encore utilisé dans son emploi adverbial : environ, ça veut dire « à peu près, approximativement » Ca coûte environ vingt euros. Ce qui se comprend comme : c’est dans le voisinage de vingt euros.



Go à la page principale d'archives