PIERRE

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Les loyers flambent dit-on à Paris. Ceux qui ont investi dans la pierre ont eu le nez creux. Investir dans la pierre, c’est-à-dire acheter de l’immobilier. La pierre est donc, par une noble métonymie, synonyme de construction. La pierre est donc bien souvent la pierre taillée, celle qui sert à bâtir, et non seulement le gros caillou brut, sur lequel on butte. Pourtant la pierre brute est encore présente dans quelques expressions : Pierre qui roule n’amasse pas mousse, c’est-à-dire, celui qui ne sait pas se fixer, qui papillonne sans cesse, ne capitalisera jamais rien : ni richesse, ni savoir, ni influence. Jeter la pierre à quelqu’un, c’est littéralement le lapider. C’est-à-dire l’accuser, le blâmer. Référence à l’Évangile, à ceux qui voulaient lapider la femme adultère, et à qui Jésus dit : « Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre. » Ou bien une pierre dans son jardin, autre expression qui signifie une allusion dirigée contre quelqu’un.
Mais sans ça, la pierre fait presque toujours référence aux maisons construites avec : Pierre par pierre signifie petit à petit, successivement, et renvoie à la lenteur, à la patience du processus de construction. Apporter sa pierre à l’édifice, c’est amener sa contribution, avec en général l’idée que cette contribution est modeste, mais si elle est réelle. Comme une pierre, qui est peu de choses en regard de l’intégralité de l’édifice. Et à l’inverse, ne pas laisser pierre sur pierre, il ne restera pas pierre sur pierre évoque la ruine, la destruction complète de quelque chose. Une construction ou même plutôt une ville, un état ou même parfois un édifice plus abstrait, un projet, un travail.
La pierre angulaire est l’élément essentiel qui structure un travail. C’est mot à mot la pierre d’angle. Elle est souvent comprise comme la pierre où viennent s’adosser les deux pans d’une arche ce qui en fait plus ou moins le synonyme de la clé de voûte.


Go à la page principale d'archives