BUDGET

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Ah Dieu sait qu’on en parle des budgets en ce moment, des arbitrages budgétaires, des choix budgétaires du gouvernement français, qui semble avoir favorisé les ministères du maintien de l’ordre : surveiller et punir comme disait Michel Foucault. Mais tout ça ne nous explique pas ce qu’on appelle un budget. C’est la somme d’argent allouée à un service, à une institution ou même celle dont dispose une personne privée, un ménage, une famille. Si je vous dis mon budget mensuel est de mille euros, cela veut dire que j’ai mille euros qui rentrent par mois. Tout compris : salaire, allocations familiales, bourse d’étude pour les enfants. Et qu’avec ça, je devrai me débrouiller pour payer le loyer, les vêtements, le cinéma, l’assurance de la voiture et les vacances des enfants. On voit donc que le mot budget indique non seulement la somme dont on dispose, mais aussi son organisation, la répartition des différents postes budgétaires comme on dit. Alors le mot fait un peu administratif. Mais il est, surtout dans le langage des bureaux, assez productif : on dit budgéter ou budgétiser. Les mots sont du bout des lèvres dans le Robert 2002. On leur donne à peu près le même sens.. Pour moi, il semble qu’il y ait une petite différence, dans leur emploi : budgétiser, c’est inscrire une dépense au budget. Alors que budgéter peut être employé dans le sens d’ évaluer le coût d’une opération, et voir comment ces sommes vont se répartir. A l’inverse, on a formé débudgéter pour signifier qu’on supprime un poste du budget. Et en particulier qu’on transfère une dépense publique vers un organisme privé.
Et on a même entendu l’adjectif plaisant budgétivore : qui grève le budget, qui dévore le budget à belles dents, qui coûte cher.
Budget, est un mot que le français a emprunté à l’anglais, qui l’avait auparavant emprunté à l’ancien français. Aller retour fréquent. La bougette est en effet un petit bouge, c’est à dire un petit sac de cuir qui peut servir de bourse
Et en Angleterre, comme le rappelle Alain Rey dans son dictionnaire, le Chancelier de l’Échiquier, chargé des finances, était chargé d’ouvrir le Budget (open the budget)



Go à la page principale d'archives