RHUM

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

La route du rhum, pourquoi ? C’est le nom d’une célèbre compétition nautique, qui relie la France et les Antilles. Et les Antilles, on le sait, sont la patrie du rhum, enfin l’une d’elles, puisque du rhum, on en fait aussi, par exemple à la Réunion et dans l’océan Indien. Mais cette route du rhum, symétrique de la route de la soie, entre l’Orient et l’Occident, est devenu le symbole des anciens commerces maritimes qui liaient « les îles » au vieux monde.
Un mot sur la prononciation ? Le u se prononce comme un o, et le um, comme ome. Un peu à la manière dont jadis on prononçait le latin. Mais s’il se prononce ainsi, c’est plutôt à cause de ses origines anglo-saxonnes.
D’om vient le mot ? Difficile à dire. Peut être de l’anglais et ce serait alors l’abréviation de rumbullion, qui dans un anglais dialectal et ancien a signifié tumulte ou bagarre. Et en effet il est imaginable que le nom de ce résultat tumultueux ait fini par désigner la boisson qui parfois échauffe les esprits, et qui met du lien dans les réunions. Mais ce n’est pas sûr.
Le rhum est en tout cas cette eau-de-vie de canne à sucre, dont on connaît peu de dérivés, à part rhumerie, d’usage assez technique.
Mais le rhum se prépare. Et parfois longtemps à l’avance. On parle ainsi de rhum arrangé, notamment à la Réunion , pour désigner un rhum aromatisé avec des herbes, des plantes, des épices dont chaque arrangeur garde le secret.
Et on a deux autres monosyllabes qui viennent lui faire escorte : grog et punch. Et dans les deux cas, il s’agit de préparations.
Le punch, on l’a emprunté aux Anglais, mais eux-mêmes l’avaient fait venir des Indes. Le mot, d’origine sanskrite, évoque le nombre cinq. A cause des cinq éléments nécessaires à sa composition – dans la formule indienne. Mais aux Antilles, le mot est assez ancien ; il y a été amené par les Anglais dès les 18è s. et même peut-être avant, et n’était donc pas passé par la France .
Quant au grog, boisson chaude et réchauffante, à base de rhum, de sucre et d’eau chaude, son nom est dû à son premier prescripteur, l’amiral Vernon, qui en 1760 avait recommandé que les marins coupassent d’eau leur ration de rhum. L’amiral qui portait souvent un manteau de gros grain (grogram en anglais) était surnommé Old Grog. Vous devinez la suite…


Go à la page principale d'archives