CAMION

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Sévérité accrue et enquête sur les excès de vitesse montrent du doigt certaines catégories de véhicules : les motos et les camions, peut-être plus que les véhicules dits légers.
Mais si les camions roulent trop vite, on peut quand même se demander ce que c’est qu’un camion. Chose récente (début 20ème), mais mot ancien puisqu’il apparaît au 14ème siècle.
D’où vient-il ? Un régal pour le chroniqueur, un cauchemar pour l’étymologiste : on n’en sait rien, rien n’est concluant, mais les pistes sont nombreuses.
Reportons-nous au point fait par Alain Rey dans son dictionnaire historique..
Est-ce à rapprocher du provençal ou espagnol caminar – cheminer ? Peu probant. Notamment parce que la syllabe ca- ne s’est pas transformée en cha- (Ce qui se produit par exemple pour les mots de la famille de chemin).
Le bas-latin chamulcus (chariot bas) est-il plus concluant ?Pas sûr ! (Et c’est le fragment –mulcus qui risque de poser problème).
Alors le toujours étonnant Pierre Guiraud (cité aussi par A. Rey) propose de se concentrer sur l’idée de petitesse, et renvoie au petit chat.(chamion).
En tout cas, le mot a eu plusieurs significations et a désigné plusieurs objets (petit chariot, petite épingle, petit vase à délayer le badigeon. Voiture sans roue, il a été le véhicule dans le quel les vinaigriers paraît-il transportaient la lie du vin utilisé. . Puis ça a désigné une charrette. Enfin un véhicule utilitaire servant au transport des marchandises, qui en est l’acception courante et actuelle.
On a parlé d’abord de camion-auto. Et aujourd’hui, on parle on adjoint encore souvent une apposition au mot: camion-citerne… pour préciser son usage.
Alors il y en a de gros… et on parle de poids-lourds, de gros-culs de façon tout à fait familière. On parle aussi de remorque (ou de camion-remorque) ainsi que de semi remorque, lorsque la remorque est directement attachée et articulée à la cabine qui la tracte. Ou bien on a les petits modèles, fort différents. Et il y a plus de différences entre une camionnette et un camion qu’entre une savonnette et un savon.
Quant à ceux qui les conduisent, ce sont des camionneurs (vieux et lié à une idée de gros bras) ou des routiers (plus professionnels).
Et l’expression « beau comme un camion » n’est pas récente puisque, toujours d’après A. Rey, on la trouve dès 1955 sous la plume de René Fallet.
A noter surtout sa féminisation, qui n’est en rien péjorative, et qui montre plutôt le fait qu’elle soit une expression figée : belle comme un camion


Go à la page principale d'archives