TELE…

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Téléspectateur et téléopérateur… Téléviseur et téléprospecteur…
Ces deux couples opposent des mots qui n’ont pas grand chose à voir les uns avec les autres. Preuve que ce préfixe télé est très productif, mais avec des significations et des domaines d’utilisation tout à fait différents. Télé, on le sait veut dire « au loin » en grec, et il a été très souvent utilisé dans des créations de mots qui désignaient des inventions : télégraphe, téléphone… Réduction des distances pour la voix ou l’écrit. L’importance de la télévision aurait pu le fixer dans ce domaine, le préfixe ne renvoyant plus qu’à cette pratique : télévisuel, télégénique, télé film, téléaste…

Et pourtant, ce préfixe échappe à cette spécialisation. Grâce d’abord au télétravail, qui s’est développé avec l’informatique. On peut en effet travailler pour une entreprise, de façon suivie, tout en étant loin de ses employeurs. Notamment si on travaille sur des textes, qu’on écrit, corrige, relit, puis qu’on envoie par des systèmes de messageries électroniques. Parle-t-on ainsi de télé-informatique ? Le mot n’existe pas, mais au début des années 80, on a forgé le mot télématique, qui en est l’abréviation., et qui impliquait à la fois l’informatique et les télé communications.

Et puis on a maintenant tout une série de métiers, ou tout au moins de pratiques qui mettent en jeu des télévendeurs. Ceux qui vendent à distance. Ou qui font du marketing à distance. A distance ? Essentiellement au téléphone. A partir de listes de numéros de téléphone de gens qui sont susceptibles d’être intéressés par tel ou tel type de produits ou de services, on appelle, bien souvent le soir, au domicile privé, après la journée de travail, et on essaie de vendre (ou de pré vendre) une cuisine, des double-vitrages, des vacances à la carte etc). De vendre ou tout au moins de ferrer le client, même si ensuite, il faut bien sûr finaliser la transaction de façon plus écrite… Mais le contact est pris.
C’est ainsi qu’on entend parler aujourd’hui de télé prospecteur, de télévendeur, de téléopérateur… Et même de téléacteur puisque en effet on recourt parfois à des comédiens qui sauront improviser à partir d’un cadre et d’un argumentaire de la façon la plus convaincante qui soit.

Tout ça donc pour vendre à distance. Et on parle de télévente. Parle-t-on de télé achat ? Pas vraiment, c’est là qu’est la finesse. Car ce mot de télé achat est en général réservé aux émissions de télévision qui pratiquent la vente par correspondance en présentant à l’écran des produits et des démonstrations. Et on est retourné dans ce cas de figure au précédent sens du préfixe « télé ».


Go à la page principale d'archives