BLEU

Par: Yvan Amar et Anne-Cécile Bras

« Banlieues bleues » est le nom d’un célèbre festival de musique qui se déroule, en ce moment, pour la vingtième année, dans la banlieue nord parisienne.

Pourquoi « banlieues bleues » ? Deux raisons à ce titre :
D’abord, il s’agit d’un festival de jazz, ce qu’évoque cette couleur : à cause du blues, forme musicale qui est à l’origine du jazz ; et à cause de nombreuses images présentes en anglais : blue note, etc.

Mais aussi parce que « banlieue bleue » est le pendant de « banlieue rouge »… façon dont on qualifiait une partie de la ceinture urbaine parisienne, qui votait à gauche et était un bastion de la culture ouvrière parisienne.

Cette couleur est porteuse de significations bien différentes.
D’abord, elle est référée à de grandes étendues bleues : la mer et le ciel. La grande bleue, c’est la Méditerranée. Et « être dans le bleu », « nager dans le bleu », « voir tout en bleu », c’est vivre dans le rêve et l’illusion que tout va bien (l’image correspond à « être au ciel »).
Expressions où la couleur a pu être remplacée par le rose (Cf. « je vois la vie en rose »). Mais ces expressions sont anciennes et plus guère utilisées.

En revanche, le bleu est plus souvent synonyme du noir, de l’obscurité : « Je suis dans le bleu » signifie « je n’y comprends rien », « je ne distingue rien de précis », « je ne m’oriente pas ». C’est ce que pourra dire le Commissaire dans une enquête qui n’avance pas. L’image est encore en usage, bien que là encore, elle soit un peu ancienne.
Comme « je n’y ai vu que du bleu… » reformulation probable de « je n’y ai vu que du feu ».
« Etre bleu » signifie également être extrêmement surpris, stupéfait, sidéré. Parfois, en mauvaise part, quand on a été pris de cours, pris de vitesse, qu’on n’a pas eu le temps de réagir (Suzy a pris le volant et a décidé qu’ils iraient manger au Grand Véfour. Il en est resté bleu et s’est laissé faire »).
Mais, parfois aussi pour exprimer l’admiration (être bleu d’admiration). Dans les deux cas, on a l’idée qu’on reste muet et immobile : être bleu, c’est rester pétrifié.

Et dans ce catalogue d’expressions un peu désuètes, on peut finir par « en voir de bleues » qui est un genre de modulation d’une autre expression colorée : « en voir des vertes et des pas mures ».



Go à la page principale d'archives