NOMADE

Par: Yvan Amar et Anne-Cécile Bras

Nomade… un mot à la mode par excellence… Couleur nomade, festival nomade, arts nomades… Un succès qui est peut-être à rapprocher de celui du mot métis, car on est un peu dans le même ordre d’idées… échanges, mélanges, changements et diversités sont bien vus.
Nomade, nom ou adjectif, s’applique à un peuple itinérant, qui n’a pas de résidence fixe et se déplace selon une périodicité variable et dans un espace relativement défini… Le mot dérive du latin, et auparavant du grec. Et ce sont des tribus de bergers itinérants d’Afrique du Nord qui les premiers furent nommés ainsi. Quant aux Numides, leur nom est un avatar de nomade.
Ce sens est encore bien vivant, mais son champ d’application s’est étendu. Certaines populations sont nomades depuis longtemps : ceux qu’on appelait les Bohémiens depuis le 18è siècle, car beaucoup vivaient en Bohème (actuellement la République Tchèque), mais qui sont aussi les gitans, les Tziganes, les Roms etc…

Tous ceux-là sont littéralement des sans domicile fixe. Est-ce pour autant qu’on les appelle des sans domicile fixe, des SDF ? Pas du tout, puisqu’on appelle SDF quelqu’un qui n’a pas de domicile du tout. Encore un euphémisme pour atténuer le propos… Les nomades, eux, ont bien un domicile – en tout cas un mode d’habitation, mais qui est ambulant ; et qu’ils transportent avec eux, aux fil de leurs pérégrinations ! tentes, roulottes, caravanes…

Le mot nomade s’utilise aussi à propos d’un individu, et dans ce cas il est souvent pris au figuré : quelqu’un qui vit chez les uns, chez les autres, qui se fait héberger ici ou là. Soit même quelqu’un qui déménage souvent, change fréquemment d’appartement, de quartier, de ville, de pays, en fonction de ses envies ou simplement de sa vie professionnelle…
Le contraire de nomade est le sédentaire. Le mot nous vient du latin sedere – s’asseoir… et cette signification symétrique de nomade n’est pas la première qu’il a eue.
Le sédentaire a d’abord été (est toujours, d’ailleurs) quelqu’un qui ne voyage pas ou peu. Puis l’adjectif s’est appliqué une fonction : un fonctionnaire sédentaire par exemple était celui qui avait un poste fixe, qui n’était pas censé être régulièrement muté. Et on appelait troupes sédentaires celles qui étaient attachées à une garnison fixe.

Enfin le mot s’est employé pour s’opposer à nomade. On a même créé le verbe sédentariser, pour exprimer qu’une population se fixe après avoir vécu une vie nomade. Et d’autre part le mot s’emploie en ornithologie, notamment pour opposer les oiseaux sédentaires aux migrateurs, ceux qui passent d’un climat à un autre selon la saison…


Go à la page principale d'archives