SUPERMAN

Par: Yvan Amar et Anne-Cécile Bras

L’association AIDES, qui lutte contre le SIDA, veut mettre Superman à contribution. La figure populaire de ce héros de bandes dessinées et de dessins animés va servir de figure de proue à la lutte contre le virus. Ce qui permet qu’on s’interroge sur toute une série de héros célèbres, dont les noms sont familiers en français, bien qu’ils soient d’origine américaine. Et dont l’histoire fictive repose le plus souvent sur l’idée d’une double personnalité… un personnage bien sympathique mais plutôt ballot, sans éclat, qui se fait oublier dans la vie courante, devient dans une autre vie un héros mystérieux et inégalé… c’est Zorro, le justicier masqué, ou Superman, ou d’autres encore… et on retrouve, là, le vieux fantasme de Dr Jekyll et Mr Hyde (mais dans sa version positive).

Mais ce sont les noms qui nous intéressent, dont toute une série est construite sur le même modèle : Superman est certainement le plus célèbre. Avec un nom qui signifie simplement « Surhomme »… mais qui n’a pas les mêmes échos que ce mot-là en français. Dans notre langue, en effet, « surhomme » n’est pas toujours un mot positif. Il évoque, pour les philosophes, la pensée de Nietzsche, mais pour les historiens l’idéologie nazie, l’Aryen supérieur.

Alors qu’en anglais… il semble, à la fois, plus enfantin et plus innocent. Ce héros mythique, créé en 1938, par Joe Schuster et Jerry Siegel est, en effet, un personnage qui défend le bien et confond les méchants grâce à des pouvoirs surnaturels. Et, si son origine est américaine (ô combien américaine !), son nom ne pose pas de problèmes en français… « Superman », ça se prononce facilement… Et tout le monde, ou à peu près, connaît le sens de man (homme) et de « super » (préfixe intensif… mot à mot « sur »… mais dans le sens de « plus grand que »…) Ceci dit, ne sous-estimons pas l’influence de Superman. Son succès est, pour beaucoup, dans la familiarité qu’on a avec ces deux mots anglais… et vraiment pas français. En effet, man est clairement d’origine germanique… Et « super », si son origine est latine, n’est pas un préfixe productif en français dans le sens qu’il a avec « Superman »… On trouve bien « superfétatoire », « superficiel », « superflu »… la construction de ces mots n’a rien à voir… Alors me direz-vous, il y a « superlatif »… Soit ! Mais il n’y en a pas tant que ça, dans ce genre, dans le français classique… Et les mots où « super » signifie « plus grand que » sont souvent récents et empruntés à l’anglo-américain (« supermarché »). Toujours est–il que « super » est en français contemporain et un peu grâce à Superman, un préfixe courant, et fonctionne, en langue familière, comme un adverbe, ou même un adjectif : (« Il est super ». « C’est super ! »).

Et Superman a fait des petits… On a le personnage de « Super Dupont ». Même s’il est parodique, il montre le succès de son modèle. Et si on a une admiration sans bornes pour son patron, on peut l’appeler « Super Schwarz ».
Maintenant n’oublions pas « Super woman »… personnage qui existe dans la fiction américaine, mais qui existe aussi dans la langue courante en français… pour désigner souvent celle qui arrive à tout faire, et à cumuler les personnages de femme active, de mère de famille, d’épouse séduisante et patin couffin… Le mythe de la féminité actuelle !
Et à côté de ça… on a « Batman », l’homme chauve-souris… et « Spiderman », qu’on prononce à la française ou à l’américaine… l’homme araignée…




Go à la page principale d'archives