JARNAC

Par: Yvan Amar

La charmante commune de Jarnac fait parler d’elle… On sait que c’était la ville natale de François Mitterrand.

Mais, on sait aussi que ce nom de Jarnac a laissé des traces dans l’histoire de la langue. Libération revient sur cette ténébreuse affaire, et sous la plume de Jean-Pierre Thibaudat, précise que le maire de la ville aimerait bien changer l’image de la cité… Un coup de Jarnac, prétend-il, c’est un coup de génie… Je comprends qu’il veuille relever l’honneur d’une bourgade malmenée par l’histoire linguistique… mais quand même… A qui fera-t-il croire ça…! Rappelons l’histoire, aidé de Thibaudat qui la connaît par cœur.

Que se passe-t-il le 10 juillet 1547 ? Un duel. Pour une affaire de femme. Entre le seigneur de Jarnac et le chevalier de la Châtaigneraie… réputé fine lame. Mais, l’important est que les duels étaient interdits mais que celui-là a droit à un traitement de faveur… Affaire d’importance.. Et toute la cour de Henri II prend parti pour l’un ou pour l’autre… Surtout les dames : on se souvient que Catherine de Médicis tient pour Jarnac, et Diane de Poitiers pour La Châtaigneraie. Stupeur, Jarnac, habilement conseillé, se penche et blesse son adversaire… au jarret… dit-on… Est-ce le destin ? Le coup de Jarnac est, en fait, un coup de jarret… Alors, on aura beau nous dire que l’expression « coup de Jarnac » a pendant longtemps désigné un coup inattendu mais loyal... qu’on nous laisse rire… « Loyal », un coup de jarret !? C’est le plus littéralement du monde un coup bas…

Et, de toute façon, l’expression un coup de… est condamnée d’avance… si on le fait… C’est simple . Il y a les coups qu’on donne et les coups qu’on fait…
On donne un « coup de main »… c’est positif… Et même si on donne un « coup de pied »… ce n’est pas forcément par derrière (encore que… ce soit fréquent…) On donne un « coup de collier »… Un effort… A la rigueur, on jette un « coup d’œil »… distrait , hâtif…
Mais, les coups qu’on fait… pardonnez-moi… mais on devrait s’en méfier comme d’une gale…
On nous fait un « coup de Trafalgar »… qui doit couler l’entreprise en cour… Ou bien, on nous fait le « coup du Père François »… (et je ne dis pas ça parce que Jarnac est la ville natale de François Mitterrand)… Ou encore, on nous fait le coup de la panne d’essence… Et enfin, on nous fait un coup de Jarnac… forcément un coup tordu, forcément perfide, par derrière, au-dessous de la ceinture…



Go à la page principale d'archives