ACTION

Par: Yvan Amar

Journée d’action aujourd’hui en France… Mais qu’est-ce que ça veut dire… ? C’est vague… et pourtant précis. On a déjà compris que c’est une journée de grogne… Et que de nombreux mécontents vont manifester leur mécontentement. Sous des formes diverses… Grèves, débrayages, défilés, manifestations, déclarations… Une panoplie large et disparate… d’actions justement… Un mot intéressant par son vague justement : il ne se remplit que de ce qu’on veut bien mettre dedans… Et de la mémoire qu’il porte…

On voit bien que, dans ce contexte, l’action dont il s’agit est politique. Et le mot est souvent utilisé avec un arrière-goût politique… Pourtant, c’est loin d’avoir été son premier sens, puisqu’il apparaît d’abord, semble-t-il, en français, dans le vocabulaire religieux… Une action représente le fait de rendre grâce à Dieu… Et l’action de grâce n’est pas loin de la prière…

L’action est ensuite entrée dans le lexique juridique… Intenter une action contre quelqu’un c’est encore maintenant porter plainte et lancer, en tout cas, la machine judiciaire contre son ennemi. Dans un cas comme dans l’autre, on voit que ces actions se situent dans le cadre d’une institution, fortement ritualisée, qui les entoure, les rend possible, leur donne une forme.
Mais, l’une des choses remarquables, à propos de ce mot, est que ce n’est pas le seul nom à dériver du verbe « agir » : on a aussi acte… Alors quelle différence fait-on entre un acte et une action.
Ce n’est pas du tout la même chose. L’acte, jusque dans la brièveté de sa prononciation, donne l’impression de quelque chose de ponctuel et de solitaire. Un acte est relativement isolé. Le mot « action » donne bien davantage l’idée d’une suite d’actes coordonnés, là où l’acte est bien plus proche du geste… Ce qu’illustre parfaitement l’expression qui nous sert de point de départ… Journée d’action… en général écrit sans « s » à « action ». Mais, le pluriel n’est pas nécessaire… On sait que l’action est multiple. Qu’elle se décline sous mille formes…

Mais, l’action c’est aussi le mouvement délibéré, fait exprès, qu’il soit réflexe ou réfléchi… Cela correspond à une profonde volonté. Alors que l’acte a quelque chose de plus mécanique, de plus hasardeux…
Et, en particulier, l’action correspond souvent à la volonté de ne pas se laisser faire, de réagir, de ne pas rester le jouet d’une situation. Comme si l’action correspondait au désir d’agir sur la réalité… Aussi bien dans un rapport de forces que dans la volonté de faire avancer les choses.



Go à la page principale d'archives