USAGER

Par: Yvan Amar

Le mot « usager » s’est beaucoup entendu hier… et on l’entend, d’ailleurs, encore aujourd’hui… quand parle-t-on des « usagers » ? Souvent, lorsqu’ils sont privés complètement ou partiellement de l’usage auquel ils ont droit ordinairement. Ce qui se produit en France, en ce moment, dans certains secteurs en grève.

Alors qu’est-ce qu’un « usager » ? Celui qui fait usage d’un service, qui s’en sert… En particulier, on parle souvent des usagers du métro, des transports, de la poste… Et le mot « usager » s’oppose, bien sûr, au personnel des sociétés de transport… Même si, parfois, ce sont les mêmes : les cheminots ont le droit de prendre le train…

Cet usage est-il gratuit ? Pas du tout ! On paye pour prendre le métro, ou pour envoyer une lettre… L’usage se paye donc… Mais, s’agit-il d’une relation commerciale comme une autre ? Pas vraiment !
On ne parle pas, par exemple, de l’usager d’un magasin. On parle d’un « client ». Parce que la transaction commerciale est liée à l’achat et à la vente d’un objet. Il s’agit de biens concrets qu’on se procure contre de l’argent.

Le mot « usager » semble bien davantage lié à ce qu’on appelle un service. C’est-à-dire plutôt un commerce de biens immatériels. Si l’on reprend notre exemple des transports, il nous fournit une bonne illustration du service.. On vend bien quelque chose à l’usager… Mais, ce n’est pas un objet à proprement parler…
Mais, tous ces commerces immatériels donnent-ils des « usagers »… ? Pas toujours… Les banques, par exemple, aiment à parler de leurs clients… Et cette préférence linguistique dénote une habileté commerciale… En effet, l’usager est impersonnel. Et le service qu’on lui donne (qu’on lui vend plutôt…) est plus ou moins le même pour tout le monde… Un usager du métro n’est pas mieux servi qu’un autre… La lettre que je mets à la boîte n’arrivera pas plus vite que celle qu’envoie mon voisin. Alors que mon banquier aura à cœur de m’offrir (de me vendre) un servie personnalisé… Pour créer un vrai lien. Me donner l’illusion qu’il me connaît, me rend service… au sens littéral du mot… fait pour moi différemment qu’avec un autre… Stratégie commerciale qui repose sur une relation… toutes les campagnes publicitaires s’en font l’écho.
Alors que notre métro… il est prévu pour aller d’un endroit à un autre… s’arrêter aux stations… que les usagers y soient ou pas…
Et pour l’école, c’est pareil… on ne parlera pas d’usagers pour les écoliers, les lycéens, les étudiants… Parce qu’à l’école, justement, on n’y va pas en touriste… (« Il vient en touriste… » c’est là justement ce que reprochent les professeurs à certains élèves, sur leurs bulletins…).



Go à la page principale d'archives