MANITOU

Par: Yvan Amar

John Negroponte, grand « manitou » du renseignement aux Etats-Unis ? C’est comme ça que la presse a pu présenter cette information, la nomination par George Bush d’un nouveau responsable dans l’administration américaine. Mais, cette expression amusante de « grand Manitou » est typiquement française.

Pourquoi un « Manitou » ? C’est un mot algonquin, issu donc d’une vieille langue indienne parlée au Nord de l’Amérique. Mais, le mot apparaît en français, il y a bien longtemps d’ailleurs, puisqu’on le trouve pour la première fois sous la plume de l’explorateur Champlain, lorsqu'au retour des Amériques, il fait paraître ses « Voyages et découvertes faites en Nouvelle France », en 1627. Ce mot désigne, au départ, le grand esprit d’une tribu. Celui, donc, qui a le pouvoir, qui règne sur les hommes, et qu’on ne voit pas. Le français s’en empare, et son sens glisse… On va l’employer pour désigner une fétiche, une amulette… puis un personnage important, qu’on craint… mais dont parfois on se moque… autant d’ailleurs qu’on le craint… Car ce mot de « manitou » est un peu railleur.

Pourquoi un tel succès ? Probablement parce que le mot « manitou » fait calembour avec « manie tout… »… Celui qui donc contrôle tout, a la main sur tout ! Et ce genre de jeu de mots, qui font un peu désuets aujourd’hui, étaient très prisés au XIXème siècle et au début du XXème, ce qui a vraisemblablement assis la popularité du mot.

Un mot qui, d’ailleurs, est parfois utilisé dans un sens légèrement différent : le « manitou », c’est aussi bien celui qui possède un savoir-faire presque diabolique dans des domaines mystérieux… un « manitou » de la prise de son, des ordinateurs... comme on dit parfois un sorcier, pour celui qui arrive à faire ce que les autres ignorent.



Go à la page principale d'archives