SIDACTION

Par: Yvan Amar

« Sidaction ». Bien choisi, le mot pour désigner cette journée d’action contre le Sida. Bien formé parce qu’il est très clair : c’est un condensé des mots Sida et Action, qui profite du fait que la dernière lettre d’un mot est la première de l’autre, le « a ». Au lieu de dire « Action Sida » qui ne serait pas mal, ou « Sida Action » qui ne voudrait pas dire grand-chose, car cet ordre des mots ne correspond pas à la grammaire française, on crée ce qu’on appelle un « mot-valise » Un seul mot avec deux qui se sont carambolés l’un dans l’autre…

Mais, ce recours au mot « valise » a un autre avantage : il évoque une vivacité, un côté alerte… comme une présence d’esprit, liée à l’esprit du jeu de mots…
Cela dit, le mot « action » s’y prête, et on en a vu d’autres exemples, Récréaction, Fédéraction, Démocratisaction… ce genre de jeu de mots s’est déjà entendu plus d’une fois… notamment avec incrustation dans des mots qui se terminent par –ation, auquel on rajoute le « c » de action !

Ce mot d’ « action », il est très fréquent avec de très nombreux sens en français… Et il correspond d’abord à une idée d’énergie en mouvement… Quand il se passe quelque chose… Les Trois Mousquetaires sont un roman d’action... pas la Recherche du Temps perdu… L’action s’oppose à la réflexion... et surtout à la passivité, au fait de ne rien faire, à l’oisiveté : l’action s’oppose à l’inaction… Au départ, le mot s’oppose plutôt à la pensée, ou à la parole… En cela, il est très symétrique de son cousin, acte…, avec une différence : l’acte est plutôt unique, ponctuel, là où l’action est plutôt une intention raisonnée, et donc un ensemble d’actes coordonnés, suivis, organisés… Mais il semble s’être, entre autres significations, spécialisé quand il s’agit de lutter contre quelque chose… « Action » correspond alors davantage à l’idée de lutter qu’à l’idée d’agir…
Et puis, bien souvent, l’action a intégré l’idée d’un mouvement énergique, voire hostile, dans un contexte de combat… En période de guerre, par exemple, une action, c’est un combat, un épisode de lutte entre soldats… (l’influence de l’anglais n’est pas négligeable, mais pas déterminante : ça fait bien longtemps qu’on parle par exemple d’action d’éclat…)

Puis, le mot a pris un sens juridique… Mener une action contre quelqu’un, c’est porter plainte, et se mettre à l’initiative d’un procès. On dit, d’ailleurs, précisément une action en justice… pour dire une poursuite judiciaire.
Mais, mener une action peut être le fait d’une organisation politique ou syndicale. Car l’idée d’action correspond facilement à celle de ne pas se laisser faire, se laisser exploiter, instrumentaliser, maltraiter : non seulement agir, mais réagir… mobiliser ses forces pour s’opposer. Et c’est bien l’image qui correspond à ce Sidaction.



Go à la page principale d'archives