LANCER

Par: Yvan Amar

« La béatification de Jean-Paul II est lancée ». C’est un titre qui a retenu mon attention hier… un peu surpris et un peu amusé… Non qu’on veuille béatifier un pape si médiatisé… Ça, on le savait depuis longtemps ! Mais qu’on lance cette béatification… Car le lancer de pape, même de pape mort, est une discipline à laquelle je suis encore peu accoutumé…

Oh ! je suis bien d’accord avec vous… je joue sur les mots… On ne lance pas un pape comme on lance des poids ou des nains. Mais justement, ce verbe lancer est tout particulièrement utilisé avec des sens figurés.
Son sens propre, on le connaît bien, et il ne présente pas de difficulté particulière… C’est jeter quelque chose en avant, le projeter… Et les premiers emplois sont belliqueux : car lancer, ça a été, à l’origine, savoir manier la lance, le javelot… Etrangement, c’est le verbe qui dérive du nom de l’arme… et non l’arme qui a été nommée à partir de son mode d’utilisation.

Et, à partir de là, les sens figurés se comprennent… L’un d’entre eux, plutôt récent, signifie démarrer ou faire démarrer… Notamment lorsqu’il s’agit d’une machine… ou d’une machine administrative… Et ça a ce côté lourd, lent… mais implacable et qu’on a bien du mal à arrêter, une fois que c’est en route… Et c’est un peu le sens auquel nous avons à faire dans l’exemple de début… La béatification est lancée… c’est-à-dire les premières démarches sont faites… c’est sur les rails… même si on sait que ça n’aboutira pas avant des années… le processus s’est ébranlé. De la même façon, et dans un jargon encore plus professionnel, on dit que pour une émission, on a lancé un invité quand on a commencé à se mettre sur sa piste, pour l’inviter…

Est-ce la même chose lorsqu’on lance un bateau ? Le sens est différent… Il s’agit de le lancer… concrètement, physiquement, à l’eau.. mais pour la première fois… Et le verbe lancer a alors le sens d’inaugurer, de baptiser… Le lancement est donc quelque chose d’officiel, avec rituel et cérémonie… Ce qui fait qu’on peut lancer bien autre chose qu’un bateau… : une suite d’événements officiels, l’année du Brésil ou les Jeux Olympiques…

Et lorsqu’on lance un chanteur… C’est qu’on le met sur le marché… qu’on essaie de le faire connaître, et même d’en faire une célébrité… L’intention est très nettement commerciale… et on lance un chanteur… comme on peut lancer une lessive, voire un homme politique ! D’ailleurs, cet emploi a eu une conséquence sur l’emploi du participe passé « lancé »… Il est très lancé… c’est-à-dire, il n’est… pas vraiment connu, mais introduit… Il est mondain, à la mode… on se l’arrache… C’est une question d’image et de notoriété.

Quant à la forme pronominale… elle est très usitée aussi avec le sens de commencer une activité avec soudaineté, enthousiasme, énergie, passion parfois… Et on peut se lancer dans la bataille, dans l’art lyrique ou dans le commerce équitable…



Go à la page principale d'archives