TRANSPARENCE

Par: Yvan Amar

Vague, flou, plutôt incertain… Tels sont quelques-uns des qualificatifs qu’on a largement entendus hier à propos du style de communication de l’Elysée. Tous ceux qui ont eu à s’exprimer sur l’état de santé du chef de l’Etat se sont voulu rassurants… mais se sont révélés imprécis… Ainsi, la presse pointe-t-elle du doigt ce relatif manque de transparence… On n’est pas dans le « On nous cache tout ! On nous dit rien ! »… mais ce n’est pas non plus l’ère du tout transparent… et l’incertitude plane.
Que recouvre donc ce mot de « transparence » qui est si souvent brandi par les médias qui en demandent à outrance ? Une communication fluide, non réticente, dans laquelle on n’ait pas peur continuellement d’en dire trop. Une communication sans rétention d’information… sans mensonge, bien sûr… mais au-delà de ça, sans chausse-trappe, phrase à double entente, formulations obscures… ou tout simplement, langue de bois…

Alors pourquoi « transparence » ? Parce qu’on voit à travers, bien sûr… La transparence est la qualité du verre poli, par exemple : tout ce qui n’est pas un obstacle à la vue est transparent… non pas translucide seulement qui laisse passer la lumière uniquement… le verre dépoli est translucide… On ne voit pas à travers précisément. Alors qu’on apparaît (parere) à travers (trans) ce qui est transparent… Le mot, depuis longtemps, a un sens psychologique. Sont transparentes les personnes qui laissent facilement deviner leurs pensées, leurs émotions, leurs jugement sur autrui… Et, parfois même, leur désir ou leurs projets… Ce sont ceux qui montrent tout ce qu’ils pensent… Et l’idée s’associe souvent à celle de candeur… et de franchise…

Mais, le mot a été très employé dans d’autres contextes… financier notamment… On parle d’une gestion transparente dans une société ou une association lorsque tous les comptes sont clairs (clair… transparent… les images ne sont pas si lointaines…), qu’on sait sans problème à quoi telle ou telle somme est affectée… On dit parfois en utilisant la même comparaison… c’est une maison de verre… Alors que les images qui s’opposent à la transparence sont faciles à comprendre également : trouble, obscur, opaque… Là, on voit bien qu’on nous cache quelque chose… On navigue dans le secret et l’intrigue. Quand on parle d’une gestion qui n’est pas transparente… ça évoque toujours qu’on a quelque chose à cacher…, qu’on veut brouiller les pistes…

Et le mot de transparence a envahi le vocabulaire politique depuis plusieurs années… Tout le monde en veut… Alors même qu’on sait que la politique ne peut toujours se faire de façon transparente…
A tel point qu’avant le changement du régime communiste, lorsque Gorbatchev avait assoupli les choses… on avait traduit le mot glasnost par transparence… en pensant que la première syllabe glas… renvoyait à l’image du verre…



Go à la page principale d'archives