PLAN SOCIAL

Par: Yvan Amar

Il ne fait pas bon travailler chez Hewlett Packard en France, en ce moment. On sait pourquoi : le constructeur américain d’électronique a préparé un plan social qui suscite quelques remous et quelques inquiétudes, c’est le moins qu’on puisse dire ! Et pourquoi un plan social suscite-t-il remous et inquiétudes ? Parce que plan social est une expression très policée, très officielle pour dire qu’on va licencier en masse. En masse vraiment ? Oui car pour licencier cinq personnes, on n’a pas besoin de plan social… Mais, le plan social voit les choses en grand…
Interrogeons d’abord l’adjectif social : ce qui est social, dans la politique, en ce qui concerne le monde du travail et, en particulier, les travailleurs. Et quand on dit les travailleurs, on sait qu’on pense à ceux qui ont des positions, des emplois et des salaires modestes – le directeur général d’une entreprise travaille dans cette entreprise, personne ne le niera… Pourtant ce n’est pas à lui qu’on pense lorsqu’on parle des travailleurs.

Revenons à notre social… un mot qui signifie « qui concerne les travailleurs », et bien souvent aussi… qui les prend en considération, et même souvent qui leur est favorable. : mesures sociales, politique sociale, etc. sont des expressions qui sont le plus souvent comprises dans ce sens.

Alors, quel est le premier sens de plan social ? Il s’agit de l’ensemble des mesures économiques qui sont prises pour accompagner des licenciements : reclassements, indemnités, retraites anticipées… Mais, on sait que ces mesures, le plus fréquemment, ne sont pas à l’échelle des inconvénients qu’elles sont censées contrebalancer. On parle, donc, de plan social dans un contexte dramatique pour les employés, en général. Et, petit à petit, l’expression plan social a fini par désigner le processus de licenciements, lui-même. C’est-à-dire une mesure… en fait particulièrement peu « sociale »… Si le plan social est tout à fait anti-social, on a bien ce qu’on appelle souvent un euphémisme, une expression bien ronde pour désigner une réalité déplaisante et parfois dramatique.

Quant au mot « plan »… on le connaît bien. Dans le cas qui nous intéresse, il signifie projet, opération déterminée à l’avance.

D’où vient le sens de ce mot ? Au départ, un plan est une surface lisse, plane, sans aspérité. Puis, c’est le dessin qu’on peut faire figurer sur cette surface plane. De fil en aiguille, ce dessin devient l’anticipation d’une construction en trois dimensions, un schéma avec des indications dessinées, qui permettront une construction (plan d’une fusée, d’une maison…) Parfois, on l’a écrit plant, comme si ça donnait une idée de la plantation future de l’édifice. Mais, les deux idées qui dominent sont celles de la structure et du projet…

Et, administrativement, le mot s’est spécialisé dans l’anticipation des objectifs qu’on se fixe pour l’avenir d’une entreprise, ou d’une nation… Même si les plans dits sociaux sont ceux qu’il convient d’éviter…



Go à la page principale d'archives