INFORMATION

Par: Yvan Amar

Hier, on le sait, s’est ouvert un Sommet mondial sur la société de l’information. Nous sommes donc dans la société de l’information… On peut se demander ce que ça veut dire… Et on peut commencer par examiner ce mot d’information. Il est vieux et il a connu des significations assez différentes au cours des siècles. En ancien français, une information, c’est d’abord ce qu’on appellerait aujourd’hui une investigation… c’est-à-dire une enquête criminelle. Puis l’information s’est spécialisée, le sens du mot s’est rétréci en se précisant : l’information est devenue plus spécialement un renseignement qu’on obtenait par quelqu’un… Un sens qui est encore tout à fait actuel. Mais qui a une coloration particulière au Moyen-âge : l’information est obtenue par quelqu’un… comme elle était plus ou moins secrète, et que ce quelqu’un la divulguait, la faisait passer. L’information vient donc d’un informateur… qui l’a eue on ne sait trop comment… Se pose-t-on la question d’ailleurs ? Ce n’est pas toujours nécessaire… et cet informateur a une figure qui n’est pas très éloignée de celle de l’espion. Souvenons-nous également du titre anglais du roman d’O’Flaherty : The informer… traduit en français le mouchard … Mais ne nous égarons pas : aujourd’hui une information n’est rien de plus que quelque chose qu’on sait, un détail qu’on a appris. La signification est très banalisée.

C’est au XXème siècle que le mot se met au pluriel pour intégrer la langue journalistique : les informations, ce sont les nouvelles, les nouvelles du monde, présentées, notamment à la radio qui popularise le mot dans cette acception, lors d’émissions spéciales, de bulletins… qu’on appellera le journal, les nouvelles, les infos, même, puisque familièrement, aujourd’hui, on abrège le mot. Alors ces fameuses infos, elles ne servent pas uniquement à raconter, mais elles tendent la perche à l’explication. Et on sait qu’on vit dans un monde où l’information est très importante… trop peut-être ? En tout cas, la fonction journalistique est très surinvestie, son importance est très soulignée… ce qui explique qu’on ait créé de nouveaux mots : désinformation (information fausse ou falsifiée, ou déséquilibrée…), surinformation c’est-à-dire trop plein d’information… Mais, le mot a entamé une nouvelle carrière depuis qu’il est associé au mode de la communication. On pensait qu’on vivait dans un monde d’images… on nous dit maintenant qu’on vit dans un monde de communication, puisque nous sommes soumis aux fameuses NTIC, les nouvelles technologies de l’information et de la communication... En fait, tout ce qui lie l’informatique à l’information… Et bien sûr, les deux mots appartiennent à la même famille.



Go à la page principale d'archives