DEMINER

Par: Yvan Amar

Le gouvernement veut déminer le terrain « colonial » et social. C’est le titre du quotidien Le Monde daté d’aujourd’hui. Et si le gouvernement veut déminer le terrain, c’est qu’il a comme le sentiment que ce terrain est miné. Miné… c’est-à-dire… ? C’est-à-dire explosif... Lorsqu’on a l’impression qu’on ne maîtrise plus trop le mécontentement populaire, que la tension est telle qu’une déflagration sociale peut avoir lieu sans qu’on s’y attende, de façon tout à fait disproportionnée avec le prétexte, avec l’étincelle, avec le déclencheur… On ne joue pas avec le feu ; on essaie donc de faire redescendre la pression ; on calme le jeu ; on calme les esprits. Et on recherche un apaisement.

Alors d’où vient ce mot de déminer… ?
On sait ce qu’est une mine : au départ, un lieu souterrain d’où on va extraire des matériaux précieux… mine d’or, de charbon, etc… Une série de galeries souterraines donc, organisées par l’homme. Mais dès le XVIème siècle, le mot prend un sens militaire. On appelle mine une cavité ou une galerie qu’on a creusée sous une muraille, un rempart, pour le faire effondrer… Et la mine est bien plus efficace si, dans cette galerie, on place des explosifs qui ébranlent ou démolissent les ouvrages d’art construit par dessus. Et ce sens prend tant d’importance que la mine finit par désigner la bombe elle-même qui va détruire l’édifice. A partir de là, on peut parler de mines flottantes, de mines antichars, de mines antipersonnelles…

Et le verbe miner signifie donc garnir de mines : un champ est miné si des mines sont cachées dans le sous-sol, et qu’on ne peut y pénétrer qu’au péril de sa vie. Déminer se comprend alors aisément : c’est enlever les mines. Et on imagine que ce n’est pas un travail sans danger. Car à enlever les mines, on risque de se les faire exploser dans les mains… Le déminage exige donc prudence, doigté, patience, adresse…

Et au sens figuré, on parlera donc d’un terrain miné. Par exemple, si on s’entretient avec un auditoire d’un sujet particulièrement brûlant : chaque mot, chaque allusion peut susciter une réaction, une réponse d’une force imprévue… « Attention : le terrain est miné »…

Y a-t-il des synonymes à ce verbe déminer ? On pourrait penser à désamorcer… ôter l’amorce (d’une arme à feu), qui reprend une image voisine. Mais, désamorcer s’emploie dans un contexte légèrement différent. On désamorce davantage une attaque, alors qu’on démine une situation générale. On désamorce la violence, l’agressivité d’un adversaire. Et le mot renvoie à une image beaucoup plus immédiate… Comme si, d’un seul coup, on coupait le courant. Comme si soudain, l’hostilité d’autrui n’avait plus lieu d’être, n’avait plus d’objet, plus de réalité vraie… Et d’un coup, elle se retrouve toute bête. Une plaisanterie, un bon mot, une riposte du tac au tac parfois peuvent avoir cet effet : on neutralise , on supprime le danger de ce qui vous menaçait.


Go à la page principale d'archives