CLIMAT

Par: Yvan Amar

La conférence de Montréal sur le climat qui vient de se tenir a mis en avant tous les problèmes de réchauffement de la planète et de modification du temps. En bref, on a parlé du climat… et, d’ailleurs, en a souvent fait référence à cette conférence comme à la conférence du climat. Bonne occasion de se demander ce que c’est exactement que le climat. Ou tout au moins que ce mot climat… De la façon la plus générale, cela désigne l’ensemble des conditions météorologiques qui règnent sur une certaine région : le temps qu’il fait tout au long de l’année dans une certaine région. On distingue donc divers climats selon les régions : méditerranéen, continental, tropical sec, tropical humide… Et ensuite, on affine : le climat continental qui règne à Berlin n’est pas le même bien sûr que celui de Moscou…. Et si une minuscule portion de terre est soumise à un climat particulier, on peut même parler de micro climat…. Le mot de climat est donc un mot plutôt scientifique qui appartient au vocabulaire de la géographie… tout au moins de la météorologie différenciée selon les régions du globe auxquelles elle s’applique. On parle d’ailleurs de climatologie, pour désigner l’étude des climats.

Mais, le mot a bien d’autres emplois, pas toujours aussi scientifiques. Dans la langue courante, on parle de climat pour désigner le temps qu’il fait pendant une moment : A Noël, on a souvent un climat très doux dans les îles du golfe du Morbihan... Mais, l’an dernier, pas de chance ! nous avons eu un climat détestable pendant toute la semaine qu’on y a passée. Autant dire, nous avons eu un temps détestable…

D’où vient-il ce mot ? Du latin, plus anciennement du grec. Mais avec un changement de sens lorsqu’il passe d’une langue à l’autre… Car clima en latin désigne une portion du ciel. Et même l’inclinaison du ciel. Le mot vient du grec klinein, une racine qu’on retrouve justement dans le verbe incliner…. Il s’agit donc de la pente du ciel qui nous abrite, qui nous surplombe. Au départ, donc, pas de relation précise au temps qu’il fait : c’est simplement d’une certaine zone qu’il s’agit, une portion de la terre – on n’ose même pas dire du globe puisqu’à l’époque la rotondité de la terre est inconnue…. Mais, la géographie aidant, le mot prendra son sens moderne.

Mais, ce serait trop simple si l’on s’arrêtait là : il en a bien d’autres sens. Et il suit à peu près la même trajectoire figurée que le mot atmosphère : un climat, c’est aussi une ambiance, un sentiment collectif. On peut parler d’un climat de franche gaieté, qui règne à un repas. D’un climat de tristesse, d’angoisse. D’un climat électrique, quand la tension est trop forte, et très sensible. Il s’agit, en fait, de ce qu’on ressent, de ce qu’on perçoit, avec sa peau, son intuition, sa sensibilité. Un peu comme on perçoit, sans le théoriser, qu’un climat est humide, sec, qu’il fait lourd, comme on dit avant l’orage.

Enfin, utilisé de façon absolue, le mot peut faire contraste avec une certaine indifférence. Si je dis que, dans un morceau de musique, il y a un climat… même sans lire lequel, j’ai bien montré qu’il faisait quelque chose à l’auditeur, qu’un frisson passait sur l’assistance…



Go à la page principale d'archives