KING KONG

Par: Yvan Amar

C’est aujourd’hui que sort, sur les écrans français, un film dont le titre est aussi mystérieux que bien connu : King Kong… Et c’est ce qu’on appelle un remake, pour utiliser un jargon franglais courant : un film refait, un nouveau film sur un thème déjà traité au cinéma… parfois, plusieurs fois, d’ailleurs…
King Kong, mythe moderne, est donc l’histoire d’un gorille amoureux, bête terrifiante, force brute qui fait peur aux humains, mais qui renferme, sous des dehors repoussants, un cœur d’or et une âme sensible. Paradoxe à succès, souvent utilisé par la fiction populaire depuis la Belle et la Bête et Frankenstein…

Mais pourquoi « King Kong » ? Le nom nous est familier… Mais, on le décompose rarement : en fait, il veut dire « le roi Kong » (le roi des Kongs ? Non… pas le roi des Kongs…) comme s’il s’agissait du roi des singes. « Kong » est donc un nom exotique, censé évoquer cette force ténébreuse... Et « King » veut dire roi, en anglais. Et en français, que veut dire « King » ? Rien ? Pas exactement. Justement, le mot même à titre de mot anglais, est parfois employé… dans l’expression « king size », littéralement taille royale, qui signifie grand modèle, dans le cas où le choix existe entre une grande et une plus petite taille : pour une cigarette ou un lit double, voire une chambre d’hôtel… ou un sandwich à la viande hachée : « burger king »… Et le mot joue, à peu près, dans ces exemples un rôle d’adjectif…

En français, le mot « roi » a-t-il le même sens figuré ? Pas exactement. L’adjectif « royal » peut-être, dans de rares expressions : un couscous royal (mouton et poulet… ?)
Mais, le roi évoque plutôt le premier, le plus puissant, le plus respecté… Le roi des animaux… le lion traditionnellement, surtout dans la symbolique des fables. Mais on a aussi, dans une imagerie un peu naïve, les rois du rire, pour désigner les prétendus meilleurs acteurs comiques ; le roi du bouton pour faire la publicité du meilleur mercier du quartier. Ou le roi de la crêpe, si c’est la seule chose que vous sachiez faire, et que vous prétendez la faire mieux que personne…
Maintenant, on a parlé aussi du roi du l’acier, du roi du platine, pour désigner les grands industriels. Et aujourd’hui, dans une langue familière et à la mode, on dit de quelqu’un que c’est le roi du pétrole… ou le roi du monde, quand il est le plus heureux ou le plus chanceux… et qu’il le montre… « Avec sa planche à roulettes en fibre de carbone, Toto, c’est le roi du pétrole… »


Go à la page principale d'archives