SCENE

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y. AMAR : Salut, sainte lumière ! ... Vous vous souvenez de
Madeleine Renaud dans "Oh! les beaux jours", Evelyne ?

E. LATTANZIO : Et bien j'avoue que je ne l'aurai pas vraiment
reconnue, vous ne me parraissez pas avoir la diction nécessaire.

Y. AMAR : Je me suis entraîné pendant des lustres pour imiter
justement Madeleine Renaud, qui a été célèbre pour son association
avec Samuel Beckett, mais plus encore pour son association avec
Jean-Louis Barrault.

E. LATTANZIO : Effectivement, c'était un couple d'acteurs
absolument magnifiques ...

Y. AMAR : ... Un couple légendaire.

E. LATTANZIO : Oui. C'est une sorte de couple qui faisait le
théâtre à lui tout seul, et on a pu dire d'eux qu'ils étaient,
bien sûr, un couple à la scène comme à la ville.

Y. AMAR : Et c'était vrai !

E. LATTANZIO : Bien sûr puisqu'ils ont joué ensemble à maintes
reprises pendant toute leur carrière professionnelle, ça c'était à
la scène. Et puis, ils ont vécu ensemble, puisqu'ils étaient
mariés, ils formaient un couple réel, ça c'était la ville.

Y. AMAR : A la scène comme à la ville, donc. Au théâtre, à la
scène, ça veut dire au théâtre et dans la vie, à la ville ça veut
dire dans la vie. C'est ce que l'on peut appeler une synecdoque
pour être savant. C'est un certain type de métaphore : à la scène,
au théâtre, de même qu'on dira "à l'écran" pour dire "au cinéma".
La scène et l'écran sont en effet les deux lieux de représentation
de ces deux formes d'expression artistique.

E. LATTANZIO : Revenons à la scène, si vous le voulez bien ...

Y. AMAR : ... Oui, oui, d'accord.

E. LATTANZIO : Il est vrai que c'est un mot capital dans le
vocabulaire du théâtre. C'était un mot qui, d'ailleurs, a été très
employé en dehors du lexique théâtral, avec des valeurs figurées
qui partent dans différentes directions, mais selon deux axes
principaux. Tout d'abord, et là je ne vous apprendrai rien, la
scène, c'est un ensemble de planches, avec des lumières. C'est
donc un endroit, un lieu où se passe une action, où l'on voit une
action représentée lorsqu'on est spectateur.

Y. AMAR : De là un certain nombre d'emplois assez figurés, par
exemple "untel paraît sur scène" ou bien "il occupe la scène" ou
encore "il occupe le devant de la scène". Très souvent dans le
vocabulaire politique, on dit ça ... "Tel ministre occupe en ce
moment le devant de la scène". Qu'est-ce que ça veut dire ? Qu'on
le voit tout le temps à la télévision, qu'il fait la une de nos
journaux, qu'on en parle beaucoup. Et souvent, on veut dire qu'il
a aussi un comportement un peu théâtral, un peu spectaculaire,
qu'il aime bien cette mise en scène, précisément, qu'il aime bien
être vu.

E. LATTANZIO : Il en fait peut-être un peu trop, non ?

Y. AMAR : Il en fait suffisamment en tout cas.

E. LATTANZIO : Par extension, ce mot scène désigne un ensemble de
situations, un univers, on dirait parfois un paysage ... Songez à
la scène lyrique, qui n'est pas la scène à proprement parler, mais
l'univers de l'opéra dans sa totalité. Ou la scène baroque qui
désigne ce petit monde de musiciens baroques, d'amateurs de
baroque, les "baroqueux".

Y. AMAR : Là, on est pratiquement dans le sens propre. Mais si
l'on parle de la scène politique, on revient à un sens figuré,
c'est plus éloigné du premier emploi et malgré tout, on a toujours
présent à l'esprit cette image théâtrale. On peut dire que
justement sur la scène politique, il y a tel personnage qui
apparaît, ou tel personnage qui disparaît. Est-ce que, par
exemple, monsieur Delors va quitter la scène politique depuis
qu'il a décidé de ne pas se présenter aux élections
présidentielles? Quitter la scène politique, c'est encore une
image empruntée au théâtre.

E. LATTANZIO : Deuxième sens pour ce mot scène, bien sûr, c'est
celui de l'action dans une pièce de théâtre, vous savez, l'acte 1,
scène 1, cette scène d'exposition, c'est-à-dire un moment précis
de l'intrigue, une partie de la pièce. Mais ce sens peut lui aussi
déboucher sur des utilisations figurées, avec peut-être une
spécialisation péjorative. Songez à un couple qui s'entend très
mal. Et bien, il va se faire une scène, c'est-à-dire, les
protagonistes vont se disputer l'un l'autre, éclater en reproches,
ça va être violent, ça va hurler un peu dans tous les sens. Ils
vont se faire une scène.

Y. AMAR : Ils se font une scène, on dira aussi une scène de
ménage, spécialisation là, car une scène de ménage se fait, bien
sûr, entre époux.

C'était "Parler au Quotidien", une émission proposée par le Centre
National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... Et par Radio France International.

Go à la page principale d'archives