SAUTE et SOTTE

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E. LATTANZIO : Vous savez, Yvan , quand le vent est irrégulier, on
dit qu'il y a eu des sautes de vent.

Y. AMAR : Certainement. Et quand, en faisant la queue, vous vous
trouvez placée derrière une dame que vous trouvez peu
intelligente, vous pouvez dire : "tiens, il y a une sotte
devant!".

E. LATTANZIO : Oui ... à l'extrême rigueur. Donc au delà de cette
plaisanterie un peu douteuse, on distingue deux prononciations à
ce son "o" : ouvert comme dans "sotte" ou "bonne". Fermé, comme
dans "saute" ou "chaud", ou "côte". Et pour le "a", c'est souvent
le même problème : songez aux pâtes alimentaires.

Y. AMAR : En effet, il n'y a pas de rapport entre les pâtes et les
pattes du poulet.

E. LATTANZIO : De même les gens lâches et mous sont "veules". Cet
adjectif "veule" ne se prononce pas comme le verbe "vouloir" au
présent. On l'entend quand on dit : "les gens veules ne savent pas
ce qu'ils veulent".

Y. AMAR : On peut alors parler de voyelles ouvertes ou fermées.
Quand on dit "côte", la bouche est plus fermée que quand on dit
"cotte". Bien sûr, ce vocabulaire n'est pas très scientifique.

E. LATTANZIO : Pour être plus précis, il faudrait parler du point
d'articulation de ces voyelles : soit le "palais", soit le "voile"
du palais. On a donc des voyelles soit "palatales" soit
"velaires".

Y. AMAR : Et le bon usage prescrit une certaine prononciation.
Dans "rose", par exemple, la voyelle "o" est fermée. Mais le
problème, c'est que des millions de français, habitant le sud du
pays, prononcent le "o" de façon ouverte, comme s'ils disaient une
"rosse". Est-ce une faute ? C'est leur usage.

E. LATTANZIO : Et d'ailleurs ceux qui ouvrent le "o" de rose ont
tendance à fermer certains "é". Ils prononcent un "navet" comme un
"ave". Dans le nord de la France, la tendance est à la fermeture
du "a". On prononce presque "papa" comme si c'était "popo".

Y. AMAR : C'était "Parler au quotidien", une émission proposée par
le Centre National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives