CHUT

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y. AMAR : Chut, chut ! Moins de bruit ! Vous allez réveiller les
enfants! Sans parler des malades. Chut !

E. LATTANZIO : Dites ce "chut" moins fort Yvan ! Sinon, c'est vous
qui allez réveiller tout le monde.

Y. AMAR : En tout cas vous m'avez compris. "Chut" est une
interjection qui exige qu'on se taise et qu'on soit silencieux.

E. LATTANZIO : Et d'ailleurs, vous avez joint le geste à la parole
: vous avez posé verticalement le doigt sur vos lèvres, pour
m'indiquer que je devais me taire, comme si vous vouliez sceller
vos lèvres et m'inviter à en faire autant.

Y. AMAR : J'ai donc dit "chut", en prononçant la voyelle "u".
Mais, en parlant moins fort, je pourrais dire "cht", en ne
prononçant à mi-voix que les consonnes. Le "u" est donc une
voyelle instable dans ce mot. Selon les contextes, on la prononce
ou pas.

E. LATTANZIO : A cette onomatopée "chut" ne correspond pas de
verbe. "Chuter", bien sûr, a un tout autre sens. En revanche, le
verbe chuchoter, sans en dériver directement, est de la même
famille. Il a à peu près le même sens qu'un autre verbe
"susurrer", qui lui aussi est né d'une onomatopée. Chuchoter est
chuintant, susurrer est sifflant. Mais dans les deux cas on a bien
des tonalités expressives. On chuchote ou on susurre lorqu'on
parle bas, qu'on se dit des secrets.

Y. AMAR : On pourrait même se les murmurer, ces secrets. Murmurer
! Encore un verbe de sens voisin. Là, nous avons affaire à un
vieux verbe, dont la racine remonte au latin. Mais en latin,
justement, "murmur" représentait un grondement sourd et
indistinct. Plutôt un bruit de tonnerre. Avec les siècles, sa
signification s'est beaucoup adoucie puisqu'aujourd'hui, murmurer,
c'est dire quelque chose très bas, sur le souffle, sans timbre.

E. LATTANZIO : Au sens propre, le mot renvoie donc à la voix
humaine. Mais on dit aussi qu'une source murmure. Et, de plus, il
existe de nombreux sens figurés ou imagés, où "murmurer" évoque
une rumeur : on murmure que le directeur adjoint pourrait être
licencié dans la semaine.

Y. AMAR : On le dit tout bas, c'est-à-dire qu'on le dit à des
interlocuteurs choisis, sans être entendu de trop de monde.
D'autant plus qu'on est pas sûr de ce qu'on avance. On est dans le
domaine de la rumeur et du ragot. Je vous le dis sous le sceau du
secret. Ne le répétez que sous le sceau du secret.

E. LATTANZIO : Murmurer peut enfin avoir un autre sens dérivé :
"Dans le personnel on commence à murmurer contre les dernières
décisions du patron !" C'est-à-dire qu'on n'est pas content et ce
mécontentement grossit.

Y. AMAR : "A l'annonce de cette punition, il n'y a eu aucun
murmure parmi les élèves". C'est-à-dire aucune protestation. Mais
on sous-entend que si personne n'a protesté, c'était par crainte.
Certains auraient bien aimé protesté.

C'était "Parler au Quotidien", une émission proposée par le Centre
National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives