SINON

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E. LATTANZIO : "Un Ricard sinon rien !" Je sais que la publicité
n'est pas permise à l'antenne, encore moins la publicité pour les
alcools, mais ce qui nous intéresse, c'est le solgan.

Y. AMAR : Il a comme un gros succès avec son style direct. Et dans
cet exemple, on comprend "sinon" en décomposant le mot :
donnez-moi un X, (je me refuse à répéter le nom de la marque) et
si vous n'en avez pas, ne me donnez rien. Ca pourrait presque
s'écrire en deux mots : " Un X ! Si non rien". Mais bien sûr
"sinon" doit s'écrire en un seul mot.

E. LATTANZIO : "Sinon", dans ce cas, peut avoir des équivalents :
"sans ça", "autrement", "faute de quoi", ou "à défaut". Mais ces
équivalents ne sont pas exactement interchangeables.

Y. AMAR : Il y a mille autres phrases où "sinon" a presque le même
sens : "Je prendrai le métro s'il est encore temps, sinon, je
rentrerai à pied".

E. LATTANZIO : "Dans le cas contraire, je rentrerai à pied !" Mais
il y a d'autres cas où "sinon" a un sens bien différent : "Il a dû
arriver quelque chose à Robert sinon il serait déjà là". Ici,
"sinon" exprime une idée de "cause" supposée : je constate que
Robert est en retard. J'en déduis qu'il lui est probablement
arrivé quelque chose.

Y. AMAR : C'est la cause qu'on suppose. "Sinon" a encore d'autres
emplois : après une proposition négative, il indique une
restriction : "Je n'ai rien remarqué de spécial chez Jojo, le jour
du meurtre, "sinon" peut-être un soupçon de fébrilité".

E. LATTANZIO : "Sauf", "à part", "excepté", "si ce n'est"...,
voilà d'autres expressions de même sens.

Y. AMAR : Et "si ce n'est", assez recherché, est la locution la
plus voisine de "sinon". On est proche du sens de : "ne...que" :
"Je n'ai rien vu "sinon" un peu de fumée, je n'ai rien vu "si ce
n'est" un peu de fumée, je "n"'ai rien vu "qu"'un peu de fumée".

E. LATTANZIO : "Sinon" s'emploie là après une proposition
négative. On le trouve parfois après une interrogative.

Y. AMAR : Vous voulez faire un esclandre ? A quoi cela vous
servira-t-il "sinon" à vous faire mal voir ? "si ce n'est" à vous
faire mal voir ?

E. LATTANZIO : Terminons avec Beaudelaire : "Il faut travailler,
"sinon" par goût, au moins par désespoir".

Y. AMAR : "Sinon", ici est rééquilibré par une autre expression
"au moins". Ce cas est assez fréquent : "le bel Antonio, sinon
jaloux, du moins ombrageux, emmène au bal sa fiancée Marjolaine :
"Je te demande pour les valses, "sinon" l'exclusive, "du moins" la
primeure".

C'était "Parler au Quotidien", une émission proposée par le Centre
National de Documentation Pédagogique...

E. LATTANZIO : ... et par Radio France Internationale.

Go à la page principale d'archives