HUMEUR

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : Qu'on se lève du pied gauche ou du pied droit, on sera,
dit-on, de mauvaise ou de bonne humeur. Je n'y crois pas trop ...
mais ça montre que l'humeur est une chose qu'on ne contrôle pas.

E.LATTANZIO : L'humeur est mystérieuse depuis longtemps, puisque
le mot, dans la médecine du Moyen-Age, désignait certains liquides
du corps : la bile, le flegme et le sang.

Y.AMAR : On pensait que du bon équilibre de ces liquides résultait
une humeur égale. Et quand l'un l'emportait sur les autres, cela
donnait un personnage bilieux, sanguin, flegmatique ou
"atrabilaire". Cela faisait donc, soit un anxieux, soit un
colérique, un impassible ou un "jamais content".

E.LATTANZIO : Jadis quand on parlait d'un "homme d'humeur", sans
précision, c'était quelqu'un d'irascible, d'emporté. "Prendre de
l'humeur", c'était se mettre en colère.

Y.AMAR : En tout cas, le mot humeur indique quelque chose de
changeant, la couleur affective selon laquelle nous percevons le
réel. Ca s'oppose à la raison ou à la volonté.

Encore aujourd'hui, les sautes d'humeur évoquent des changements
brusques et imprévus, toujours dans le sens de la colère.

E.LATTANZIO : On parle aussi, dans le monde journalistique, de
"billet d'humeur". On s'y laisse aller à ses impressions, souvent
négatives et c'est souvent une mauvaise critique, où l'on oublie
sa réserve ordinaire.

Y.AMAR : D'autres expressions existent : "je ne suis pas d'humeur
à me laisser marcher sur les pieds" = je ne suis pas du tout
disposé à ... Avec en général un sens négatif.

E.LATTANZIO : On est aussi parfois de mauvaise, de méchante
humeur, d'une humeur de chien ...

Y.AMAR : Mais aussi, être de bonne, d'excellente humeur. Ca existe
aussi ! Etre d'humeur enjouée, ou folâtre. C'était Parler au
Quotidien, une émission proposée par le Centre National de
Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives