DEGUERPIR, DECAMPE et FILER

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : "Faire basket!". Savez-vous ce que ça veut dire ? Chez
les jeunes, c'est partir en courant d'un restaurant, sans payer.
L'expression n'est pas encore courante. Elle n'est pas, bien sûr,
dans les dictionnaires, mais on l'entend parfois, bien qu'elle
soit familière.

E.LATTANZIO : Et il y a de nombreuses expressions, souvent
familières elles aussi, pour dire qu'on s'enfuit.

Y.AMAR : "Déguerpir", par exemple, vieux mot qui voulait dire
d'abord "abandonner une place stratégique" puis s'en aller parce
qu'on est les moins forts.

E.LATTANZIO : D'autres mots de même sens viennent du mot "camp".
Donc, nous sommes encore dans le vocabulaire militaire.
"Décamper", c'est lever le camp. Bien plus familier, "ficher le
camp" ou "foutre le camp", très vulgaire à l'origine, qui l'est un
peu moins aujourd'hui : "foutre" a perdu ses échos sexuels, et
"prendre la poudre d'escampette" est un jeu de mots à partir de
"escamper", un vieux mot sorti d'usage qui voulait dire
"décamper".

Y.AMAR : "filer" a un peu le même sens. On comprend assez
difficilement son évolution : ça évoque ce qu'on file,
c'est-à-dire ce qu'on dévide, de façon continue. Le mot est encore
très employé, et parfois accentué par une expression qui en
rajoute sur le côté honteux et sans gloire de cette action :
"filer sans demander son reste". C'était Parler au Quotidien, une
émission proposée par le Centre National de Documentation
Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives