MIRACLE!

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : "Un miracle!", comme dit la vieille tante Mathilde
quand elle voit son petit neveu avec une chemise propre ... Ce mot
est bien souvent employé au figuré ... Au sens propre, il s'agit
d'un fait surnaturel, qui s'est produit grâce à une intervention
surnaturelle, divine. Ce mot est bien sûr religieux, et appartient
au départ au vocabulaire théologique.

Y.AMAR : Quelques autres mots en dérivent : un miraculé, celui
qu'un miracle a guéri. Lazare par exemple, ou au sens figuré, le
miraculé s'est sorti "comme par miracle" d'une situation qu'on
jugeait désespérée : le seul rescapé d'une catastrophe aérienne,
par exemple, est un miraculé.

E.LATTANZIO : Miraculeux est un adjectif au sens différent : au
départ, les objets qui font des miracles sont miraculeux : une
fontaine miraculeuse. Mais une guérison miraculeuse est une
guérison qui fait suite à un miracle, ou qui simplement est
stupéfiante, parce qu'on ne l'espérait plus.

Y.AMAR : Le mot échappe donc à la sphère religieuse. La Cour des
Miracles était cet endroit sinistre et fascinant, décrit par
Victor Hugo dans "Notre Dame de Paris", repaire de brigands qui
feignent d'être infirmes (borgnes, paralytiques, etc) pour aller
mendier et qui retrouvent leurs yeux et leurs jambes en retrouvant
cette Cour des Miracles. Et dans une langue beaucoup plus
contemporaine, on parle de la "solution-miracle", de
"crème-miracle". Ce sont des formules choc, fort à la mode dans la
langue publicitaire : utilisez une lotion-miracle.

E.LATTANZIO : Et on utilise souvent ces formules à la négative,
pour démystifier : s'il y avait un remède-miracle contre le
chômage, ça se saurait...

Y.AMAR : C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives