MAISON

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : "... Et comme dessert, Monsieur ? Gâteau au citron, crème
renversée, tarte maison ?..."

E.LATTANZIO : Je suis sûr que vous allez prendre une tarte maison.

Y.AMAR : Comment avez-vous deviné ?

E.LATTANZIO : C'est que, bien souvent, la tarte maison est
meilleure que la tarte ordinaire, elle est "faite maison", faite
dans le restaurant où on la propose. Ce n'est pas une pâtisserie
industrielle qu'on achète pour revendre. C'est un label de qualité
qui évoque un savoir-faire artisanal.

Y.AMAR : Mais grammaticalement, voyez la construction, directe,
sans préposition. C'est un genre d'usage linguistique assez propre
au 20ème siècle, même s'il est hérité du Moyen-Age.

E.LATTANZIO : En tout cas je vous félicite pour vos
cocktails-maison. Non seulement vous les faites vous-même, mais
vous en inventez la recette, là c'est le sens de l'expression.

Y.AMAR : En effet, je les invente de toutes pièces.

E.LATTANZIO : Et lorsqu'un enfant est parfaitement insupportable,
on peut lui promettre ... et lui administrer une correction
maison.

Y.AMAR : Là il s'agit d'un intensif : une correction "à ma façon",
c'est-à-dire spécialement musclée. La tarte maison est donc
meilleure que la tarte ordinaire et la correction maison, plus
soignée, plus forte, que la correction traditionnelle.

E.LATTANZIO : Quant à la maison où on habite, présente-t-elle des
traits particuliers ? Lorsqu'on dit : "je rentre à la maison" cela
signifie "je rentre chez moi". Sauf dans le Nord de la France où
on a tendance à dire "à ma maison" ... mais c'est un régionalisme.

Y.AMAR : Mais si je vous demande si vous rentrez "chez vous", je
ne peux pas vous demander aussi bien si vous rentrez "à la maison"
...

E.LATTANZIO : ... Cela voudrait dire que nous habitons ensemble,
que nous partageons la même maison, qu'on peut rentrer "chez
nous".

Y.AMAR : Celui qu'on appelle le "maître de maison" c'est autre
chose : il s'agit du chef de famille. La "maîtresse de maison"
c'est en général celle qui reçoit des invités. Enfin, la jeune
fille de la maison, c'est la personne qui fait le service, en
particulier à l'apéritif, pour servir un verre aux hôtes. Mais la
plupart du temps, l'emploi de cette expression est ironique et il
s'agit plutôt d'un vieil oncle barbu qui déclare "je vais faire la
jeune fille de la maison", c'est-à-dire "je m'occupe de servir à
boire". C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives