DEUXIEME ET SECOND

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : Second Empire, deuxième République ! Y a-t-il une logique
dans ces appellations ?

E.LATTANZIO : Souvent les dictionnaires disent qu'on emploie
"deuxième" quand la série est ouverte et "second" quand la série
s'arrête, quand il n'y a pas de troisième.

Y.AMAR : En effet, il n'y a pas eu en France de troisième Empire,
alors que nous en sommes à la Cinquième République. Et pourtant,
s'il apparaissait un nouvel Empire ... changerions-nous
l'appellation historique "Second Empire" ? Sûrement pas ! Alors ?
Alors c'est que le français fourmille d'exceptions.

E.LATTANZIO : En tout cas "second" a tendance à s'employer lorsque
les éléments sont peu nombreux : un second mari ...

Y.AMAR : Peu nombreux certes, mais susceptibles d'excéder le
chiffre deux. Pensez à la classe de "seconde", on a toujours parlé
de troisième, et même d'entrée en sixième ...

E.LATTANZIO : ... On peut voyager en première ou en seconde
classe. Mais il a existé pendant longtemps une troisième classe.
On peut habiter au second (étage) et avoir un ami au troisième.

Y.AMAR : Il existe des expressions toutes faites, où l'on préfère
second à deuxième : "en second lieu ...", une voiture de "seconde
main", c'est-à-dire d'occasion. On parle aussi d'un second
souffle, chez les sportifs.

E.LATTANZIO : Ou même si vous dites que la générosité est ma
deuxième nature ...

Y.AMAR : Dans toutes ces expressions, second se met avant le nom.
Et les exceptions sont rares. Il y en a une, celle de mon cousin
Ernest : il est amoureux et je ne le reconnais plus, il est dans
un état second ! C'était Parler au Quotidien, une émission
proposée par le Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives