FOU

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : Si je vous dis : "Il y avait du monde dans le train !..."
c'est que je n'y étais pas seul. Mais si je vous dis : "Dans le
train, il y avait un monde fou !" c'est que vraiment, nous étions
serrés comme des sardines.

E.LATTANZIO : En effet "un monde fou" signifie plus que "du
monde". Fou est donc un mot qui a parfois une valeur, une
signification sans rapport avec son premier sens. Il ne s'agit
plus du tout de santé mentale : il a un succès fou, il est
amoureux fou, etc ...

Y.AMAR : Fou est donc un genre de superlatif : amoureux fou = très
amoureux.

E.LATTANZIO : Cette extravagance, cette énormité que marque le
mot, se trouve souvent dans l'expression de la dépense. C'est
ainsi qu'on appelait "folies" de petits châteaux du 18ème siècle,
fort jolis, pas vraiment indispensables et extrêmement coûteux.

Y.AMAR : Fou renvoie donc à une grande quantité, mais aussi
parfois à un grand étonnement. Jeannot, c'est fou ce qu'il a
grandi depuis la dernière fois que je l'ai vu ... C'est-à-dire,
c'est stupéfiant.

E.LATTANZIO : Autre emploi : être fou, c'est être passionné. On
peut être fou de chocolat, de vieilles maisons, d'opéras.

Y.AMAR : La folie évoque aussi une sorte de désordre visuel,
quelque chose qui ne correspond pas à un bel arrangement.

E.LATTANZIO : De jeunes enfants sont parfois comparés à des chiens
fous, leur énergie est difficile à canaliser. Ils poussent comme
des herbes folles ...

Y.AMAR : On a du mal à les coiffer : ils ont des cheveux fous, ou
parfois juste une mèche folle.

E.LATTANZIO : Le plus incontrôlable de tous, c'est le fou-rire
qu'on ne peut maîtriser. Notez l'ordre des mots, particulier dans
cet exemple : le fou-rire n'est pas le rire fou.

Y.AMAR : C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives