DOPAGE

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : Le dopage menace-t-il l'esprit sportif ?

Y.AMAR : Sûrement pas ! L'esprit sportif est assez fort pour
résister à ça. Il est vrai pourtant qu'on parle de "dopage",
c'est-à-dire que certains sportifs s'administrent des substances,
certains produits pour, pensent-ils, améliorer leurs performances.

E.LATTANZIO : Dopage et non "doping", bien que l'anglicisme ait
existé, dans les années 60. Aujourd'hui il n'est presque plus
employé.

Y.AMAR : Et le mot dopage s'est parfaitement adapté au français.
L'origine est bien anglo-américaine, on a bien emprunté le mot tel
quel au départ, doping. Comme notre besoin du mot était profond
(ce n'était pas une simple passade), on a forgé un mot bien
français sur cette racine étrangère.

E.LATTANZIO : On peut donc franciser et même inventer, par exemple
le contrôle anti-dopage. L'expression est étonnante : elle mélange
ce qu'on veut contrôler (le dopage) et le but qu'on cherche à
atteindre : on dit contrôle anti-dopage comme on dirait mesure
anti-dopage. Ces contrôles sont donc considérés comme dissuasifs.

Y.AMAR : Le verbe "doper" a été également inventé. Il date,
disons, de l'après-guerre et s'utilise dans des contextes bien
différents. On a parlé de doper une bombe atomique ...

E.LATTANZIO : C'est qu'on augmente sa puissance ... Et en économie
...

Y.AMAR : On peut doper les exportations grâce à certaines mesures,
ou certains encouragements, on peut doper l'industrie
automobile...

E.LATTANZIO : C'est-à-dire qu'on la stimule, qu'on la dynamise.

Y.AMAR : Dernière remarque : en argot français, on parle
aujourd'hui de "dope" pour désigner la drogue.

E.LATTANZIO : C'est un autre anglicisme, en tout cas un emprunt
tel quel à l'américain. Mais vous avez remarqué, on garde un "o"
fermé, comme si ça s'écrivait "daupe". C'est un souvenir de la
prononciation américaine.

Y.AMAR : C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives