PRETERITION

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : "Et maintenant, j'accueille à ce micro Evelyne Lattanzio,
qu'on ne présente plus !"

E.LATTANZIO : Il n'empêche qu'en disant cela, vous me présentez!
C'est ce qu'on appelle une "prétérition" : pour me présenter, vous
avez dit que vous n'aviez pas à le faire.

Y.AMAR : On dit qu'on ne va pas dire, et ce faisant, on le dit.
C'est un effet de style, qui peut avoir différentes fonctions.

E.LATTANZIO : C'est parfois une précaution oratoire : "je ne
voudrais pas être indiscrète, mais je me demande ce que vous
faisiez hier soir si tard avec la belle Madeleine" ...

Y.AMAR : Vous dîtes que vous ne voulez pas être indiscrète, et
bien sûr, vous l'êtes.

E.LATTANZIO : "Je ne voudrais pas vous influencer" mais si vous
changiez de cravate, vous auriez plus de chance d'être embauché.

Y.AMAR : "Je ne voudrais pas dire" mais on s'est bien amusé.

E.LATTANZIO : Cette figure sert parfois à transgresser un interdit
: je n'ai pas le droit de dire que cet enregistrement a eu lieu
sur un disque DECCA ? Tant pis ! Je ne le dirai pas.

Y.AMAR : "Je ne dis pas que c'est de l'escroquerie, mais le
procédé est contestable", quelle hypocrisie. A partir du moment où
le mot hypocrisie est prononcé ... le mal est fait. On aura beau
le retirer ...

E.LATTANZIO : Et parfois la prétérition sert à renforcer une
affirmation : je ne vous apprendrai rien en vous disant que le
professeur Clark est un pionnier de la physique quantique ... Ça
c'est une formule oratoire !...

Y.AMAR : ... Qui flatte l'auditeur : on fait semblant de penser
qu'il en sait beaucoup plus long qu'en vérité. Mais, Evelyne, je
ne vous rappellerai pas le nom de tous ceux qui ont failli briser
votre ménage ... Ça c'est une prétérition perfide ... C'était
Parler au Quotidien, une émission proposée par le Centre National
de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives