TOP

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : Graine de top, voilà une formule elliptique. C'est un
concours dans lequel de toutes jeunes filles, qui ambitionnaient
de devenir mannequin vedettes, se mesuraient les unes aux autres.
"Graine" c'est-à-dire "en herbe" et "Top" c'est-à-dire "top
model", c'est-à-dire mannequin-vedette.

E.LATTANZIO : Un affreux anglicisme : "model" est écrit à
l'anglaise, "top" est placé devant le nom, comme un qualificatif
anglais. Et "top" veut dire, en gros, le meilleur, le premier.

Y.AMAR : On y retrouve ce même ordre de mot dans d'autres
expressions empruntées à l'anglais : "top secret", par exemple. On
entend cette expression depuis le début des années 50. En passant
de l'anglicisme au latinisme, on dirait qu'un renseignement est
"ultra-secret". C'est le summum du secret, puisque "top", au sens
propre, signifie sommet.

E.LATTANZIO : On se souvient aussi de l'expression "top 50", le
classement des cinquante chansons les plus populaires. C'était
l'équivalent d'un autre anglicisme, le "hit-parade".

Y.AMAR : Autre anglicisme encore en vigueur : le top niveau, qui
désigne simplement le premier rang. Et le mot s'emploie dans une
logique de compétition : un nageur, un pianiste, un informaticien
est au "top niveau" s'il peut se mesurer avec les meilleurs.

E.LATTANZIO : Parfois on emploie "top" sans le relier à un autre
mot : la poussette "bébé-luxe" c'est le top, c'est-à-dire, c'est
ce qui se fait de mieux. Inutile de dire que cet anglicisme
appartient, en français, à la langue familière.

Y.AMAR : Parfois on renchérit : c'est top (comme si top était un
adjectif) ou, encore plus fort : c'est tip top, c'est top top!

E.LATTANZIO : Mais dans l'expression "top chrono!", le mot évoque
plus un son : le déclenchement d'un mécanisme. C'est donc une
onomatopée et là, il ne nous vient plus de l'anglais mais de
l'espagnol.

Y.AMAR : C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives